HELLFEST 2017, report de la 1ère journée - Partie 1
United Rock Nations

«Les flammes de l'enfer se sont invitées au Hellfest, le public en redemande»

Créé 16/06/2017
6788 vues

INGLORIOUS


Main Stage 2 - 10h30

Apres un deuxième album cette année,.c'est à Inglorious que revient le privilège d'ouvrir la première journée du festival.
Le public, pas fatigué pour un sou d'une soirée au camping, répond présent. On lève les bras, on frappe dans les mains, on fait la fête !

Le son fait la part belle à la section rythmique, sans oublier les riffs de Breakaway et Drew. Nathan se distingue particulièrement bien du mix.
Nathan, en bon ''Showman'', se donne..... le reste du groupe, un peu plus statique au début, se dérouille au fur et à mesure des morceaux.

La setlist, variant entre les titres du 1er et 2ème album ne comporte aucun temps mort, festival oblige. L'expérience de chacun des musiciens se ressent ça joue bien, pas un pain.

Une très belle entrée en matière, qui donne envie de découvrir ce que le Hellfest nous réserve !
INGLORIOUS


VERDUN


Valley - 10h30

Un public assez nombreux pour un début de festival.... et plutôt très réactif malgré l'heure matinale

Le son est de bonne qualité. L'ensemble des instruments et la voix du chanteur est parfaitement audible

Paulo au chant est un peu dans son monde, finissant torse nu, exhibant ses tatouages. Le groupe bouge beaucoup sur scène.... ça ''headbangue'' et ça fait du bien
La prestation scénique est lourde à l'instar de leur musique, un Doom puissant et efficace

Verdun c'est du lourd. une excellente prestation
VERDUN


PUTRID OFFAL


Altar - 10h30

Beaucoup de monde pour une heure aussi matinale, il y a bien 300/400 personnes. En revanche, peu d'ambiance. Ça commence à bouger en fin de set. Circle pit

Le son est brouillon comme souvent sous les tentes. La basse est trop forte déséquilibrant le reste. La voix est bien gutturale mais est étouffée par les instruments.

Prestation scénique au top, le Quartet français a mis le paquet. Ambiance ''salle de chirurgie'' bien dégueulasse.
Guitariste et bassiste en blouse blanche ensanglantée tel des bouchers. Du sang plein le visage de Franck Peiffer , le chanteur, qui adopte une tenue noire normale. Le Batteur,Laye Louhenapessy ''dred locks et lunettes de soleil'' envoi ses ''blast'' sans faiblir.

Globalement tous les titres ont fonctionné grâce à un surcroît d énergie sur la fin du set

Une bonne entrée en matière pour la scène Altar adepte du Death metal. Un public dense pour cette heure matinale
PUTRID OFFAL


SIDILARSEN


Main Stage 1 - 11h05

Premier groupe français sur les Main Stages, Sidilarsen attire les foules pressées d'entendre son Heavy electro. Dès les premiers accords, le public répond présent et commence à sauter de partout et à pogoter vaillamment.
C'est un joyeux bordel dans la fosse avec le premier ''Wall of death'' du week-end !

le son est plus fort, mais en restant clair et précis laissant les samples electro nous faire trembler le ventre.

le groupe se donne à fond dès le premier morceau ''Retourner la France'', qui colle bien à l'ambiance qui règne ici. Mention à David et Samuel, qui n'hésitent pas à quitter son kit pour venir faire bouger le public au premier rang. le reste du groupe n'est pas.en reste.

La musique de Sidilarsen est le parfait exemple de musique qui ''réveille des le matin'' ne nous laissant aucun répit, et donne envie de sauter comme jamais. Le groupe est parfaitement à l'aide sur une Main Stage et cela se ressent.

Sidilarsen a réveillé le Hellfest !
SIDILARSEN

THE DECLINE


Warzone - 11h05

Un public nombreux, super enthousiaste et très réactif pour ce groupe Breton de Punk Rock

Son super audible, très bon même si un peu trop de basse

Une prestation scénique excellente ! Kevin, le chanteur saute partout, met le feu à sa scène et ses musiciens ne sont pas en reste

Un super concert avec un public au top en ce début de journée

Kevin et ses zicos ont mis un feu d'enfer ! The décline est loin d'être sur le déclin !!
THE DECLINE

DEATHCODE SOCIETY


Temple - 11h05

Beaucoup de monde pour le Quintet français qui officie dans un black metal sympho mais sombre et destructeur. Un public de connaisseur qui se masse devant le Temple pour assister à la prestation des français en pleine ascension.

Meilleur son que sur Altar pour ce second concert pour les scènes extrêmes. Un bémol.... la double caisse de la batterie un peu forte pouvant quelques fois donnait un peu trop de linéarité aux compositions. Un plus pour moi peut être, les chansons en live sont moins symphoniques que sur le CD, donnant clairement un aspect plus radical à l univers des Français.

Super prestation.... vraiment. Le décor est clairement planté. Habits de moine encapuchonné et masque de corbeau sur le visage pour les musiciens. Seul le chanteur très charismatique avec un jeu de scène inquiétant arbore un masque blanc lui couvrant la partie haute du visage. Il implique énormément le public et communique avec lui régulièrement, chose rare dans cet univers musical. Le chanteur bouge de façon disloquée et les musiciens jouent de concert en totale harmonie. Un set vraiment convaincant

En terme d'imagerie tout y est. La lumière angoissante, le côté sombre. Le jeu à l'unisson. On les sent unis dans la même mouvance. Inspirer la terreur

Pour le second concert de la journée, on est gâté, avec cinq gars qui sèment la terreur en enfer. L'univers de Deathcode Society se vit clairement en live
DEATHCODE SOCIETY


MYRATH


Main Stage 2 - 11h40

Myrath était attendu au Hellfest après la sortie l'année dernière de ''Believer''. Le public est littéralement envoûte par l'univers arabe du groupe.
Il faut dire que la danseuse du ventre du début de concert y est surement pour quelque chose ! Cependant la foule reste plutôt statique. La musique de Myrath n'incitant pas aux pogos les plus énervés mais n'oublie pas de répondre présent.

le son est énorme ! La batterie de Morgan nous retourne les intestins au moindre kick. Il manque cependant un poil de la guitare de Malek, mais les amplis, bien dosés rattrapent le tout.

le groupe se donne plutôt bien mais reste assez timide. La voix de Zaher fait des merveilles.et c'est lui qui sort définitivement du lot.
Les tenues vestimentaires, déjà bien connues du groupe, collent parfaitement avec leur univers, avec des tenues d'inspiration arabes.

C''est la scène la plus décorée jusqu'à présent. D'inspiration ''Mosquée'', les décors sont très beaux avec des canons de fumée..Zaher fait de beaux efforts pour parler français, les titres choisis pour l'occasion fonctionnent plutôt bien, le groupe joue à la perfection.
C'est dommage, il manque quand même un tantinet d'énergie. La danseuse du ventre n'oublie pas de revenir sur un titre et il faut dire que... c'est beaux a regarder :)

Myrath possède un bel univers plutôt rare, mais seulement le dernier titre ''Beyond the stars'' a su faire sauter un public, certes réceptif, mais pas très énervé
MYRATH



OKKULTOKRATI


Valley - 11h40

Public très dispersé ne bougeant pas, hormis quelques ''headbangers'' sur le devant.

Le son est un peu saturé, trop fort, les musiciens recouvrant la voix de Black, le chanteur.

La prestation scénique est simple et sans chichis. Jeu de lumières basique mais essentiel.

Le groupe se fait plaisir et cela se voit. Il essai de ramener la foule dans leur monde emprunt de ténèbres...mais cela les laisse de marbre.

Bon concert malgré un son pas forcement à la hauteur de leur prestation
OKKULTOKRATI



SICK OF STUPIDITY


Altar - 11h40

On peut dire que le public est présent très tôt aujourd'hui ce qui est plutôt rare habituellement. Nous sommes en face d'un groupe de grindcore bien virulent. Ça commence à slamer. Il faut dire que la musique s'y prête complètement. Moins de monde que sur Deathcode Society mais un public averti. Il faut dire que la musique de Sick of Stupidity n'est pas très accessible

Étonnement le son est plutôt bon vu le genre. On comprend ce qu'il se passe. De là à distinguer les morceaux c'est une autre affaire. C'est du grindcore, ne l'oublions pas, qui officie dans un genre Napalm Death des débuts. En tout cas tout est parfaitement équilibré et on se régale. Quelle violence !


En tenue de coreux le Quartet défonce tout sur son passage. C'est agressif et violent..... Juste envie de casser la gueule à ton voisin. Ha...ha...ha....
Une guitare, deux chanteurs et une batterie. Pas de basse, pas besoin. On n'est pas là pour de la finesse. Les deux chanteurs se succèdent sans cesse.

La violence à 12h00
SICK OF STUPIDITY


BETRAYING THE MARTYRS


Main Stage 1 - 12h15

Deuxième groupe français après Sidilarsen, Betraying The Martyrs était attendu au Hellfest après la sortie de ''The resilient'' cette année.
Inutile de le préciser, le public est encore plus nombreux que l'année dernière à la même heure. Il fait dire que le Deathcore du groupe a de quoi soulever les foules rapidement.
Ca pogote volontiers dans la fosse,sous les demandes du frontman Aaron. Quand l'annonce du tournage d'un clip était en cours, le groupe a déchaîné les foules.

Par contre, le son a manqué d'un poil de volume en début du set mais tout est rentré dans l'ordre rapidement. Tous les instruments se distinguent bien, on est vite rappelé a l'ordre, notamment grâce à la batterie énervée de Boris et aux guitares lourdes de Baptiste et Lucas.

Le groupe entier s'en donne à coeur joie et soulève les foules. Les cheveux de la bande a Aaron tourbillonnent ensemble, ils sautent, bougent, n'arrêtent pas une seconde.
Le set de 30 min qui leur est attribué risque d'être long pour eux ! Aaron ne se privera pas de casser une partie du décor à la fin du set !

Murs d'amplis oranges, fumée, tiges de lights, c'est tout ce qu'il faut au groupe pour montrer qu'il en a dans le caleçon ! c'est propre, carré et ça envoie le pâté.

Lourd, puissant et énergique, Betraying The Martyrs montre qu'il reste une sacrée référence française !
BETRAYING THE MARTYRS




TRUE BLACK DAWN


Temple - 12h15

Le black est à l honneur. Bien plus de monde sur Temple que sur Altar au fur et à mesure des sets. Public dense mais plutôt calme. C'est du black même si ça tartine pas mal.. Ça ne pogote pas, ni ne slame et heureusement !

Très bon son. Ça va en s'améliorant. Ce qui est normal, il faut le temps de prendre ses marques. Toujours trop de double caisse mais ça n'étouffe pas le reste.

Encore des tenues très spécifiques. Très solennelle surtout le chanteur. Toge de prêtre satanique. Visage tout blanc avec pointe de rouge. Les musiciens arborent une tenue noire plus passe partout mais sont maquillés. Assez statique. C est du black, je le rappelle.
On n'est pas là pour s'amuser !

Le set fonctionne. Enchaînement de titres assez efficaces et radicaux. Ça joue vite et bien. Cult, le bassiste est celui qui bouge le plus et est le plus effrayant.

Une musique quelque fois hypnotique tout en apportant sa graine de violence.
TRUE BLACK DAWN



BOOZE AND GLORY


Warzone - 12h15

Une ambiance d'enfer !! le public est venu fort nombreux sur la Warzone, du punk du metalleux...

Le son est excellent très très pro, fort mais juste comme il faut

La prestation est à leur image... cela saute dans tout les sens..ils sont au top de leur forme : tee shirt / jeans c'est tout ce qui leur faut ! pas de chichis vestimentaires

Mark et sa troupe skinhead nous a embarqués dans son monde. C'est rythmé, intense, pas une minute de repos pour nos jambes qui bougent toutes seules. Toute leur setlist a marché. .Pogos dans tous les coins de la pelouse

Une tuerie !! Booze and Glory ont su nous rallier à leur musique punk.
BOOZE AND GLORY



WORMED


Altar - 12h50

Comme souvent en Brutal death. Le public est connaisseur et apprécie la musique. C'est hyper technique et brutal, extrêmement dense. Juste à apprécier, donc ça ne bouge pas et ça prend sa baffe de la journée voire même du week-end.

Excellent son. Le meilleur jusque là. Autant dire que le Quartet espagnol défonce tout à plat de couture. Juste une merveille technique et une délibération de violence inouïe. Les plus gros groupes de Brutal death sont des enfants de choeur à côté.

Tenue de Deatheux donc de tous les jours. Le gratteux et le bassiste sont statiques mais headbanguent bien sur place, emporté par la brutalité de la musique.

Les titres s'enchaînent avec une précision chirurgicale ponctuée de Samples Sci-fi, marque de fabrique du combo. Ça tartine sévère, ça assomme. Une prestation de très haut niveau.

A 5 concerts du Festival sur Altar et Temple, on peut déjà dire qu'on prend la claque du week-end sans hésiter
WORMED



NOOTHGRUSH


Valley - 12h50

Noothgrush est un groupe de Doom/sludge formé en 1994 à San José. Malgré que le combo n'ait plus d'album à son actif depuis 2013, le public est assez nombreux, tassé devant la Valley.

Dino, le chanteur, monte sur scéne en annonçant la couleur : ''je suis bourré '' Tout un programme !

Le son est fort. Beaucoup trop fort.
Globalement, le groupe est peu mobile à l'exception du chanteur qui headbangue en permanence.

Le Sludge/Doom des américains est assez stéréotypé : low-tempo, growls, grosses guitares...
Finalement, le titres sont assez répétitifs et on finit par s'ennuyer.

Dino communique peu avec le public finalement peu réceptif.

Noothgrush n'a pas réussi à emballer son set.
NOOTHGRUSH



TEXTURES


Main Stage 2 - 12h50

Il faudra quelques morceaux à Textures pour que le premier slam fasse son apparition dans un public un poil moins nombreux devant la Main Stage 2.
Il faut dire que la salve des groupes précédents a mis la fosse KO et seulement quelques timides ''pogos'' se laissent entrevoir. Même si la fosse semble apprécier ce moment avec Textures, l'annonce que ce Hellfest sera leur dernier provoque un petit moment d'émotion et incite le public à se donner !!

Le son, un chouilla trop aigu, manque un peu de lourdeur, ce qui empêche d'être vraiment ''pris aux tripes''

Le groupe semble un peu timide, mais fait le job et se débride sur le 3ème morceau. Daniël quant à lui, clone de notre ''Chabal national'', assure comme une bête autant sur le plan vocal, passant du guttural au clair, que sur le plan scénique. Il fait l'effort lui aussi de parler français.

Les morceaux choisis parviennent à rentrer dans l'univers Textures. les néerlandais assurent le spectacle mais la monotonie pointe le bout de son nez. heureusement, la seconde moitie du set sera plus envolée et cela se ressentira sur le public.

Un bon show, meilleur sur la deuxième partie, qui montre malgré tout que Textures mérite sa place sur la Main Stage 2 !
TEXTURES





VALKYRJA


Temple - 13h35

On peut dire qu à cette heure de la journée, Temple est déjà complet. Je confirme que le public cette année est black. Un enthousiasme général se manifeste. Les scandinaves font l unanimité !

Au même titre que Wormed précédemment, le son est bon. On sent que le trend de la journée est bon et que tout est parfaitement calé pour que les festivaliers se délectent avec joie du week-end.

Imagerie puissante. Vêtus de noirs et de cuir, le choix du maquillage est rouge et pas au blanc. Une légère marque de différence pour ce groupe de black. Le quintette joue à l unisson, s'appropriant parfaitement la scène et le public.

Pas spécialement fan de leur univers, on ne peut pas renier que ça marche. Comme souvent, le charisme est porté par le chanteur qui a un regard inquiétant et se montre dominateur. Les musiciens jouent parfaitement leur rôle pour déployer la violence de leur musique.

Un univers musical assez linéaire mais une prestation de qualité. Le succès est au rendez-vous.
VALKYRJA




ANIMALS AS LEADERS


Main Stage 1 - 13h35

Le metal progressif instrumental de Animals As Leaders se retrouve aujourd'hui sur la Main Stage 1 du Hellfest après la sortie l'année dernière de ''The madness of many''.
C'est devant une fosse plutôt conséquente que se produit le trio originaire de Washigton DC. Instrumental oblige, le public sera dans la contemplation et l'écoute des jeux de guitare de Tosin et Javier accompagnés de Matt à la batterie, plutôt que de se lâcher. Moment de répit bienvenu !

Le son est parfait pour de l'instrumental et propose une pause fort appréciée pour nos esgourdes.

Le groupe est plutôt statique, mais c'est monnaie courante dans le style. On n'est pas la pour ça. La Back-Scène est très épurée, il n'y a simplement rien du tout mis à part les amplis de chacun.

On adhère ou pas à ce genre de musique, mais force est de constater que la maîtrise parfaite des instruments impose le respect. Javier et Tosin sont de sacrés gratteux et leur concentration intense se sent. Matt derrière son kit de batterie n'est pas en reste et lâche une frappe accompagnant parfaitement le duo de guitaristes.

Une pause musicale bienvenue dans une première journée déjà éprouvante pour beaucoup et surtout placée sous le signe de la chaleur !
ANIMALS AS LEADERS




LEFTOVER CRACK


Warzone - 13h35

Public nombreux mais dispersé. Aux premiers rangs se trouvent les connaisseurs de ce groupe punk, il manquait de pogos de folie sur la pelouse.

Le son est trop fort avec malheureusement du larsen par moments. la chanteuse a eu un souci de micro en début de set.

Le groupe est plein de vie ! Scott, le chanteur sait parler à la foule et ses musiciens ne sont pas en reste. Le noir reste de mise pour leurs tenues... avec une touche de fun pour les lunettes rose de Mike, le guitariste !

Leur setlist fonctionne plutôt bien, le groupe est pro, existe depuis longtemps et cela se ressent ! Efficacité et simplicité rien de plus et cela marche bien !

Un groupe à découvrir pour qui aime le punk rock et le ska !!
LEFTOVER CRACK




EXHUMED


Altar - 14h20

On attaque le second tiers de la journée et le public est maintenant bien en place. Plus de différence entre Altar et Temple. Ça navigue d'une tente à une autre. Tantôt black tantôt death. Et là c'est du bon death old school teinté de plans thrash.
On ne présente plus Exhumed qui défouraille sévère. Le quartet a fait ses preuves depuis près de 30 ans d existence.

Très bon son, plutôt en milieu de tente, je dois dire que le rendu est très bon. Les 3 gratteux et bassiste en charge au son du chant jouent à l unissons et offrent une belle prestation tant scénique que sonore.

En parlant de prestation, les Deatheux sont généralement assez simpliste. En revanche ça tartine bien sur les instruments et les morceaux sont fidèles. Toujours une bonne implication du public. Primordiale en death

Artistiquement, Exhumed évolue dans un univers gore et on ne manquera pas de voir le boucher venir sur scène avec sa tronçonneuse ensanglantée et faire presque des airs de guitare avec. Le concept est connu mais il fait toujours son effet. Génial !

Vu au Deathfest aux Pays-Bas en mars dernier, Exhumed est toujours en place avec une recette qui fonctionne.
EXHUMED





EVERGREY


Main Stage 2 - 14h20

In orbit, sorti l'année dernière, permet à Evergrey de venir rependre son power metal en terre bretonne. La fosse répond présente mais peine à décoller. Malgré les horns up, peu de tètes bougent. Ce que semble d'ailleurs remarquer Tom à la fin du premier titre. La fosse serait-elle déjà fatiguée ? Les jets d'eau commencent aussi à arriver pour son plus grand bonheur.

Le son est fort, puissant et rend hommage au power metal des suédois. Jusqu'ici le son semble plus bien plus fort sur la Main Stage 2 que la 1.

Le groupe se donne et semble prendre du plaisir à être devant nous aujourd'hui. La scène est épurée, seul un simple grand drapeau Evergrey arbore la scène et il en jette.

La formation classique de Tom s'entend, surtout lors de certains de ses solos. La section rythmique composée de Johan et Jonas assure, et accompagne parfaitement les claviers de Rikard et la guitare de Henrik au style efficace. Henrik s'est d'ailleurs permis un joli solo, montrant qu'il est un très bon guitariste !

Puissant et efficace Evergrey n'a malheureusement pas su réveiller une foule pourtant relativement réceptive.
EVERGREY




SUBROSA


Valley - 14h20

SUBROSA



TYR


Temple - 15h05

Point de surprise pour la venue de Tyr, le Quartet délivre une musique qui plaît inspirée des légendes viking. Le public est donc au crescendo de l'enthousiasme connaissant toutes les chansons par coeur et chantant à l'unisson avec les artistes. Une vrai communion se passe et même si je ne suis pas un adepte de leur univers, on ne peut pas nier que ça marche. Tant mieux le Metal est une grande famille et un tonnerre d'applaudissements accompagne chaque nouveau titre.

Délivrant une musique très mélodique aux plans folk présents ainsi que des nuances plus agressives, le son délivré par Tyr est très bon ce qui ne peut que séduire les aficionados venus en masse.

Une prestation très fédératrice et épique. On sent l'union et la joie de jouer ensemble. Heri, Terji et Gunnar, guitaristes et bassiste sillonnant la scène dans sa largeur avec dynamisme.

Tous les titres fonctionnent, public mains levées en signe de Horns Up. Ça fait plaisir à voir. On apercevra un court slam, la fête commence à faire son effet.

Groupe très attendu et une prestation à la hauteur des espérances des fans.
TYR




AVATAR


Main Stage 1 - 15h05

Dire que le public attendait Avatar de pied ferme relève de l'euphémisme. Avec le très bon ''Feathers and flesh'', c'est chose faite et la fosse ne se fait pas prier pour afficher son enthousiasme ! la poussière manque de cacher la scène dès le premier morceau ''Hail the Apocalypse'' et les slams commencent à tout va.

Avatar bénéficie d'un son parfait.
Fidèle à lui même, les prestations d'Avatar ne sont plus à prouver. Le groupe assure comme une machine, et son ''frontman'' Johannes est un fou furieux. La scène est assez épurée, une forêt inquiétante en tant que backscène, les costumes habituels et c'est parti !
Il est dommage que nous ne puissions profiter au mieux des jeux de lumière, le soleil étant encore à son zénith.

Tous les titres font un malheur, les guitaristes Tim et Jonas possèdent une vraie complicité et sont vraiment complémentaires. Mention également au déjanté Henrik .... et John, un batteur vraiment impressionnant. Le show est réglé au millimètre et c'est à un vrai spectacle que nous sommes en train d'assister !

Avatar a quasiment tué la journée ! un set fantastique et une performance à part entière !
AVATAR



KRISIUM


Altar - 16h00

On ne présente plus les Brésiliens de Krisiun qui font l'unanimité dans le death sud américain. Le trio adopte une musique très directe et impactante qui ravit le public fidèle à leur univers.

Le son est excellent, les brésiliens n'ont plus rien à prouver et délivrent leur musique avec précision. Tout est très clair, chaque instrument est à sa place, le chant gutturalement à souhait.
Ca joue vite et fort, les 2 musiciens maniant leur instrument avec brio en adoptant des postures très rock.

Tous les titres joués fonctionnent bien et font l'enthousiasme du public qui headbangue mais qui reste timide en matière de pogo, slam, circle pit ou encore wall of death.

Les brésiliens toujours au top de leur forme avec un set délivré avec brutalité et précision.
KRISIUM




QUEENSRYCHE


Main Stage 2 - 16h00

Devant la Main Stage 2 c'est la foule pour Queensrÿche.... il fait chaud aussi bien sur scène qu'en dehors de la scène.

En effet dès les premières notes, le son est monstrueux et Queensrÿche est en pleine forme. Todd La Torre nous délivre une prestation gigantesque.
Et dès les premières notes de ''Operation Mindcrime'', le public saute et tend les mains en avant. Queensrÿche séduit. et pendant qu'Operation Mindcrime se termine le public est arrosé par une lance d'eau.

Queensrÿche sort le grand jeu avec ''Queen Of The Reich (1992)'' qui n'était pas sur les dernières setlist du groupe.
Dans la foulée le combo américain nous offre une version de ''Empire (1990)'' absolument dantesque.
Queensrÿche nous délecte d'une énormissime version de ''Take Hold Of Flame''. On vous assure. C'est le pied !

C'est juste dommage que le groupe ne joue que 30 minutes au lieu des 45 prévues.
Pour autant Queensrÿche vient de nous faire vivre un des meilleurs moments de cette première journée. Du très très grand Queensrÿche.
QUEENSRYCHE