Chroniques
Few
2017

HE IS LEGEND #Live in Paris
Ben Tardif
Journaliste

«Les légendes du Rock métal de Caroline du Nord à Paris»

Créé 02/05/2017
314 vues

Comme bien souvent, il faut remonter aux années lycée pour trouver les origines du groupe. Mais dans le cas présent, beaucoup de changements de noms, de membres, d'exploration de styles différents auront été nécessaires pour arriver à la formation actuelle. C'est en 2004, que He Is Legend va finalement se fixer. Les cinq natifs de la Caroline du Nord enregistrent alors un premier ep 90125 chez Tribunal Records (Atreyu, From Autumn To Ashes). Accueilli très positivement, la formation se voit proposer dans la foulée l'enregistrement d'un album par Solid State Records (The Chariot, Underoath) avec Adam Dutkiewicz (Killswitch Engage, Every Time I Die) aux manettes.

Le nom du combo et le titre de la première galette ne sont pas des artifices sans valeur. Le quintet se veut une satire du monde Hollywoodien, de son faste et son glamour factice. Derrière cette attaque, He Is Legend vise aussi la critique de son propre univers musical qu'ils qualifient de stéréotypé et en manque cruel de personnalité. On comprend ainsi aisément la difficulté rencontrée pour qualifier leur style tant leur volonté est faite de créer une musique affranchie des barrières. (crédits : metalorgie.com)

Mon premier concert des HE IS LEGEND en quelques mots...
sorti du taf je me dirige vers la station Chateau d'eau, objectif trouver LES ETOILES... ce ancien petit theatre parisien reconverti en bar musical est calé entre deux kebaps : faut connaitre pour s'aventurer jusque là !
20h quelques fans ou connaisseurs, je ne sais pas bien occupent cette petite salle, un tour au bar en attendant.
ça y est ça démarre avec la première partie un groupe allemand (nom?) plutot bien pêchu, bien pour se réveiller et reprendre la semaine sympathiquement (car nous sommes mardi et sortons d'un long week end) un set court mais efficace !
Au tour des Légendes de monter sur scène. ça enchaîne après quelques mots du chanteur.. pas de temps à perdre, le début du set, et des soucis de son pas de mic pour le chant... on entend rien du tout que les grattes saturées basse et batterie..ça durera quand même au moins deux ou trois titres et puis c'est parti... Schuylar croom, frontman descendra une ou deux fois dans le public. ça s'est rempli entre temps , la salle est bien chaude et titres sont repris en choeur par les fans amassés devant. Dommage car c'est la fin, il aurait fallut une petite demi heure de plus . Direction le bar pour le band pas beaucoup de chemin à parcourir, quelques mètres et on y est. L'occasion pour le public de boire une binouse avec les gars et papotter pour refaire le monde... du métal