DOWNLOAD FRANCE 2018, la quatrième journée !
United Rock Nations

«Un Guns'n'Roses royal ! »

Créé 18/06/2018
1318 vues

WELCOME AT THE DOWNLOAD FRANCE 2018


Lundi 18 juin


Nous voilà partis pour la dernière ligne droite du Download avec cette quatrième journée consécutive de festival. En effet cette année le Download inaugure une nouvelle version sur quatre jour alors vive les RTT. Nous noterons un programme allégé en ce dernier jour avec seulement deux scènes sur quatre d'utilisées, la petite scène superflue ayant d'ailleurs été démontée au cours de la nuit, et un début des hostilités prévu à 15h00.

THE G


Warbird Stage - 15h00


Justement le début des hostilités, parlons-en ! Il sera confié à The G sur la Warbird Stage. The G est un groupe de Rock français originaire de Calenzana en Corse. Petite particularité de groupe est qu'il s'agit d'un jeune duo composé de Flu à la batterie et au chant et de Luigi à la guitare et également au chant.
Ne nous-a-t-on jamais dit de ne pas se fier aux apparences ? Car derrière un petit look chemise à fleur type hippie et lunettes de soleil baba cool pour Flu et steampunk pour Luigi se cache deux excités du bocal avec un Rock très énergique et hyper efficace et entrainant qui n'aura pas le moindre mal à réveiller ceux qui seraient fatigués après trois jours de Download. On voit que ça sautille tranquillement dans la foule et que notre jeune duo est vraiment très à l'aise sur scène. Quoiqu'il en soit voici un groupe promis à un joli avenir alors gardons un oeil sur The G car je pense qu'ils nous offriront d'autres belles surprises à l'avenir.

Setlist :
1. Intro
2. I Don't
3. The Gun
4. Girl
5. The Graph
6. From Nowhere
7. Like Me
8. Final

THE G

BARONESS


Main Stage 1 - 15h20



Le premier groupe à fouler les planches de la MainStage sera Baroness groupe de Rock/Metal géorgien fondé en 2003 à la tête de cinq albums qui font tous référence à une couleur, leur dernier album date déjà de 2015 et s'appelle « Purple ». On parle souvent d'eux comme de « la relève », d'un des nouveaux piliers e la scène Metal, et ils ne manqueront pas de nous le prouver cet après-midi ! Le Metal servi par Baroness propose des morceaux mélangeant les temps calmes et très pêchus avec des rythmiques invitant clairement à se bouger l'arrière train et le public présent devant la MainStage ne s'en privera pas du tout. Le son de Baroness à la capacité de créer une sorte d'ambiance enivrante et on se laisse facilement emmener dans leur univers si particulier principalement avec des titres comme « Green Theme ». N'ayant qu'une quarantaine de minutes devant lui Baroness nous fera profiter de seulement huit titres mais il réussira sans le moindre problème à captiver l'attention de l'assistance qui en redemande…

Setlist :
1. Takes my Bones Away
2. The Sweetest Curse
3. March to the Sea
4. Green Theme
5. Morningstar
6. Shock Me
7. Chlorine & Wine
8. Isak

BARONESS

THE PINK SLIPS


Warbird Stage - 16h00


Petit retour sur la Warbird Stage pour le concert de The Pink Slips, groupe qui est né en 2013 à Los Angeles et classifié sous différents genres : Punck Rock, New Wave, Synthpop, … tout un programme. The Pink Slips est venu défendre les couleurs de son EP « Trigger » sorti cette année.
Si on se demandait pourquoi Pink dans le nom du groupe et bien l'on va vite comprendre pourquoi quand Grace McKagan, chanteuse de la bande, va se présenter devant nous tout de rose vêtue avec de faux airs de Blondie. La musique de The Pink Slips a un son très californien, on n'a pas le moindre problème à s'imaginer sur Hollywood Boulevard avec ce son Punk Rock torturé, agrémenté d'une bonne touche électronique via le synthé. Il n'en faudra pas moins pour voir le public aux anges devant The Pink Slips et rester suspendu aux lèvres de Grace tout au long du set.

THE PINK SLIPS

JONATHAN DAVIS


Main Stage 1 - 16h40


Alors que The Pink Slips se chargeait d'hypnotiser les festivaliers, la MainStage se préparait à accueillir Jonathan Davis. Est il nécessaire de rappeler qui est Jonathan Davis ? Leader de KoRn et enfin à la tête de son projet personnel, oui je dis bien enfin car il y a bien longtemps qu'il avait l'intention de sortir un projet solo et ce dernier voit enfin le jour en 2018 avec son premier album « Black Labyrinth ». La petite question que beaucoup se sont posée, dont moi, était kilt ou pas kilt, pied de micro custom ou simple ? Et bien non rien de tout cela mais une tenue très sobre, jean et t-shirt noirs, pied de micro des plus basiques. Le seul point commun entre KoRn et ce projet solo, finalement, c'est le nom du chanteur, et celui du batteur, Ray Luzier, qui officie avec la précision chirurgicale qu'on lui connaît. Dès sa montée sur scène Jonathan Davis est acclamé par la foule. Que dire du Nu Metal de Jonathan Davis à part que c'est une pure merveille ? On y retrouve forcément quelques mélodies pouvant nous rappeler KoRn mais ce que propose JDevil est tout bonnement excellent. A voir la réaction du public au cours de la prestation de Jonathan Davis, on dirait que je ne suis pas le seul à penser cela. Jonathan Davis est imprégné par la musique qu'il nous présente et notons qu'il aura la grande classe de pratiquer la séparation des genres et de ne pas jouer le moindre titre de Korn ce qui aurait été pourtant totalement légitime. Un grand bravo à vous Mr Jonathan Davis pour la qualité de votre nouveau né et pour votre set tout en sobriété et ultra efficace.

Setlist :
1. Underneath My Skin
2. Everyone
3. Forsaken
4. Final Days
5. What You Believe
6. Basic Needs
7. Walk On By
8. What It Is
9. Happiness

JONATHAN DAVIS

GRETA VAN FLEET


Warbird Stage - 17h20


Changement de style et de décor à la Warbird Stage avec l'arrivée sur les planches de Greta Van Fleet. En effet nous passons de Nu Metal californien à du Rock'N'Roll du Michigan inspiré par des groupes mythiques tels que Led Zeppelin et The Doors ou par des icônes du Rock'N'Roll comme Jimi Hendrix. Le groupe a sorti son premier album « From the Fires » en 2017. Dès la montée de Greta Van Fleet sur scène nous sommes plongés dans cette ambiance des années 70 que ce soit par la musique ou par le style vestimentaire très caractéristique, psychédélique à souhait. Musicalement il n'y a pas de surprise, c'est du Rock'N'Roll très épuré et planant que nous propose Greta Van Fleet et ce pour le plus grand plaisir de l'assemblée présente devant eux. La voix de Josh a le don de captiver la foule et de transporter tout ce petit monde quelques 50 années en arrière alors que nous sommes bercés par les mélodies du groupe, pendant pas moins d'une heure, que du bonheur !

Setlist :
1. Highway Tune
2. Edge of Darkness
3. When the Cold Wind Blows
4. Flower Power
5. Watching Over
6. Lover Leaver Taker Believer
7. Black Smoke Rising
8. Safari Song

GRETA VAN FLEET

VOLBEAT


Main Stage 1 - 18h20


Après ce retour dans le « passé » très vivifiant, revenons à la réalité et rendons-nous à la MainStage pour se faire botter le popotin par Volbeat. Rappelons que Volbeat est un groupe de Heavy Metal danois qui a vu le jour en 2001 à Copenhague et à la tête de six albums dont le petit dernier date déjà de 2016 et porte le doux nom de « Seal the deal & let's boogie », on sait déjà à quoi s'attendre ! Il n'y a pas de doute à avoir, les fans du groupe sont présent aujourd'hui au Download et savent accueillir le groupe comme il se doit. La réponse à cet accueil chaleureux ne se fera pas attendre et Volbeat mettra le feu dès les premières notes avec « The devil's Bleeding Crown » et il en sera ainsi pendant les cinquante minutes qui seront passées bien trop vite au goût de certains. Il n'y a pas à dire Volbeat fait un carton en cette fin d'après midi mais quoi de plus normal avec un Heavy Metal aussi efficace bourré de rythmiques entrainantes et saupoudrées de riffs incisifs ? L'au revoir de Volbeat se fera sur « Still Counting » et marquera pour nous le moment d'entamer la migration vers la Warbird Stage…

Setlist :
1. The Devil's Bleeding Crown
2. Lola Montez
3. Sad Man's Tongue
4. Slaytan
5. Dead but Rising
6. A Warrior's Call/I Only Want to Be with You
7. For Evigt
8. Black Rose
9. Let it Burn
10. Seal the Deal
11. Still Counting

VOLBEAT

SEETHER


Warbird Stage - 18h50


Arrivés sous la tente (non, pas celle du camping), nous voici face aux (sud-af)-ricains de Seether. Le groupe fêtera ses 20 ans d'existence l'an prochain, et représente déjà toute une tranche de vie pour ceux qui ont grandi dans les années 2000. Venant défendre le petit dernier de la bande des sept, Poison The Parish, publié l'an dernier, les quatre gars n'en oublieront pas pour autant les albums précédents et leur lot de succès attendus par les nombreux fans présents aujourd'hui.
D'entrée de jeu, on sait de quel bois on va se chauffer pendant les soixante minutes à venir : du gros riff qui arrache les cervicales. A l'attaque : Stoke the Fire se charge de planter le décor, puis Gasoline nous fait réviser nos classiques.
Au rayon des inévitables, mais dont on ne se lasse jamais : Words As Weapons (oui vous l'aurez dans la tête pendant 4 jours, vous l'aurez voulu !), Fine Again, Broken bien évidemment, mais aussi Fake It et Remedy, ce qui nous fait tout de suite une moitié de setlist ! Pour le reste, quelques nouveautés et quelques « vieilleries » viennent allègrement remplir le set, et nous voilà partis pour une heure de rock, grunge, appelez ça comme vous voulez, qui décroche des têtes ! Il nous fallait au moins ça pour masquer notre impatience !

Setlist :
1. Stoke the Fire
2. Gasoline
3. Betray and Degrade
4. Words as Weapons
5. Country Song
6. Fine Again
7. Broken
8. Let You Down
9. Fake It
10. Remedy

SEETHER

GUNS'N'ROSES


Main Stage 1 - 20h00


Voici le moment tant attendu par beaucoup de festivaliers à savoir celui qui cumule à la fois le dernier groupe du jour et du festival et quel groupe pour ce moment particulier : les Guns N'Roses pour un show de trois heures et demies, rien que ça. Vingt heures sonnent et tout le monde piaffe d'impatience de voir monter sur scène les « stars » du jour, mais comme toute bonne star qui se respecte, il n'est pas question d'arriver à l'heure, il faut savoir se faire désirer tout de même. Une petite cinématique sur l'écran géant, petite mais trop longue au goût de beaucoup, va se mettre en place avec un petit quart d'heure de retard. Le thème de la cinématique : un char d'assaut qui torpille on ne sait qui ou quoi dans un décor d'amas de cranes humains. On s'attend tous à une entrée fracassante des Guns N'Roses et bien non ce sera une entrée des plus classiques mais au combien efficace sur un « It's so Easy » qui va poser tout le monde sur le cul et nous préparer à en prendre plein la tronche pendant tout le set. Le temps à fait son oeuvre sur chacun des membres du groupe mais putain de merde (excusez ma familiarité) cela n'a pas perdu de sa superbe, j'ai l'impression de revenir en 1992 lorsqu'ils étaient venus à Vincennes. Le set va faire le tour principalement des albums « Appetite for Destruction » et « Use Your Illusion » avec tout de même quelques morceaux de « Use Your Illusion 2 » et un petit « Chinese Democracy », le reste de la discographie n'étant, il faut bien le dire, pas nécessaires au monde du Metal contrairement aux deux premiers albums cités qui eux sont de pures pépites. Les Guns N'Roses ne seront pas avares en hommages à de nombreux groupes tels que les Velvet Revolver, The Damned ou encore les Pink Floyd avec des reprises effectuées de main de maître. N'oublions que ce 18/06 est également le jour de l'anniversaire de Dizzy Reed et qu'un joli Happy Birthday lui sera chanté avant que « Paradise City » ne clôture définitivement quatre jours de bonheur. En ce qui concerne le public que dire à part que ce dernier est tout simplement aux anges de se retrouver devant les Guns et qu'il bave de plaisir à chaque note en priant pour que cela ne s'arrête pas. Mais toute bonne chose a une fin alors il est temps de remercier les Guns pour ce concert de haute volée et qui nous restera en mémoire bien des années…

Setlist :
1. It's so Easy
2. Mr. Browstone
3. Chinese Democracy
4. Welcome to the Jungle
5. Double Talkin' Jive
6. Better
7. Estranged
8. Live and let Die (Wings cover)
9. Slither (Velvet Revolver cover)
10. Rocket Queen
11. Shadow of Your Love
12. You Could Be Mine
13. New Rose (The Damned cover)
14. This I Love
15. Civil War
16. Coma
17. Slash Solo
18. Speak Softy Love (Nino Rota cover)
19. Sweet Child O' Mine
20. Wichita Lineman (Jimmy Webb cover)
21. Used to Love Her
22. Yesterdays
23. Wish You Were Here (Pink Floyd cover)
24. November Rain
25. Black Hole Sun (Soudgarden cover)
26. Knockin' on Heaven's Door (Bob Dylan cover)
27. Nightrain


28. Sorry
29. Don't Cry
30. The Seeker (The Who cover)
31. Paradise City

GUNS'N'ROSES

Et voilà les amis c'est terminé pour l'édition 2018 du Download Festival en France et déjà, on a hâte de remettre le couvert pour l'édition 2019. Tous nos remerciements à Live Nation, au staff, à Elodie qui a bien pris soin de nous durant ces 4 jours, et à toutes les équipes sur place …merci et à l'année prochaine pour de nouvelles aventures…