CROSSFAITH sur la scène Main Stage 1 du Download Festival 2018
United Rock Nations

«Malgré quelques faussetés, l'énergie dévastatrice et joyeuse de Crossfaith a emporté tout le Download Festival, offrant une des plus belles prestations de cette édition 2018»

Créé 16/06/2018

Les fans de Crossfaith campent devant la Main Stage 1 depuis l'ouverture du festival et les curieux se joignent à eux, une bonne partie arrivant directement de la Main Stage voisine où Wild Mighty Freaks vient de terminer son set. Le décompte qui ouvre habituellement les shows du groupe japonais retentit alors que les musiciens arrivent sur scène, déjà acclamés par le public.

Teru, le claviériste, est le premier à entrer en scène, déchaîné, comme son habitude. Il s'avance au bord de la scène, dominant le public pour chauffer la foule avant l'arrivée de ses camarades. Tatsu, le batteur, le suit de près, entraînant dans son sillage Hiro, le bassiste aux cheveux bleus, et Kazuki, le guitariste roux. Le chanteur et leader du groupe, Kenta, fait enfin son entrée, brandissant un drapeau rouge frappé du logo de Crossfaith. En un souffle il lance : « Est-ce que vous êtes prêts ? Tout le monde saute ! » qui sert d'introduction à l'explosive « Xeno ». La foule est aussitôt prise dans la tourmente japonaise, se laissant aller aux mélodies dansantes et aux riffs lourds de la formation qui enchaîne avec « Monolith », un titre plus ancien mais tout aussi dévastateur qui semble mettre tout le monde d'accord ; le pari est gagné ! Plus les titres avancent, plus il devient évident que Kenta n'est pas au meilleur de sa forme tant son chant clair est faux, mais son scream demeure, comme toujours, impeccable. De temps à autre, Teru assure le chant, ce dont on peut lui être reconnaissant puisqu'il cache tant bien que mal les faussetés du frontman. Un deuxième guitariste est présent pour ce show mais reste en retrait. Le screameur reprend la parole : « Nous sommes Crossfaith ! Comment ça va le Download ? Vous êtes prêts ? La prochaine chanson vient de notre EP « Freedom » et on compte bien voir toute la foule sauter ! ».

Ce déferlement d'énergie emporte tout sur son passage, attirant le public en nombre puisque la marée humaine devant la Main Stage ne cesse de s'étendre. Les injonctions de Kenta font leur effet : « Aller Paris, on se réveille ! Vous êtes prêts à faire la fête ? » ou encore « Circle Pit ! Aller, donnez moi un circle pit p***** ! ». Dans une atmosphère très bonne enfant, marqué par les rythmiques chaloupées assurées par le duo Hiro-Tatsu, le public se laisse prendre au jeu, enchaînant wall of death, slam et circle pit sans s'arrêter et pour le plus grand bonheur des musiciens qui affichent d'immenses sourires réjouis. Le frontman reprend : « Merci beaucoup ! Est-ce que vous vous amusez bien ? (Le public laisse éclater sa joie dans une réponse plus qu'explicité) Okay, tapez des mains ! Cette chanson est pour vous : « Omen » ! ». La cover des Prodigy fait toujours autant d'effet, tout comme la puissance fédératrice et la bonne humeur du groupe (qu'on admire d'autant plus en sachant qu'Hiro était malade depuis plusieurs jours). En annonçant le morceau « Jägerbomb », le chanteur demande à la fosse de s'accroupir puis de bondir le plus haut possible alors que Kazuki lance le riff iconique du titre. Le claviériste, Teru, profite d'ailleurs de la chanson pour descendre en fosse pour un slam. « Countdown To Hell » et « Leviathan » concluent en beauté ce concert épique et mémorable.

Kenta déclare : « C'était vraiment un super moment, merci beaucoup Paris, vous êtes incroyables ! Notre nouvel album sort bientôt alors on reviendra vite en Europe ! Merci encore ! », et nous pensons revoir quelques visages croisés lors de ce Download Festival lors de la prochaine tournée du groupe tant ils ont convaincu et fasciné leur auditoire.


Setlist de Crossfaith :

1- Xeno
2- Monolith
3- Freedom
4- Omen (The Prodigy cover)
5- Jägerbomb
6- Countdown to Hell
7- Leviathan




Chroniques
Interviews