Cevennes in HELL - chapitre 2
Anibal BERITH
Journaliste

«Une seconde édition riche de concerts et de retrouvailles. Le Hellfest Cult à l'honneur dans un endroit idyllique.»

Créé 07/05/2017
897 vues

C'est avec une certaine impatience que j'attends ce long week-end précédent le 8 mai (jour officiellement férié depuis 1953 célébrant l'annonce faite par le Général De Gaulle de la capitulation de l'Allemagne datant du 7 mai 1945 (un peu d'histoire ça ne fait pas de mal)).

Ce week-end prolongé permet l'organisation de divers events sur la planète Metal et notamment celui de la seconde édition du CEVENNES IN HELL organisé par l'association des SOUTHLANDERS.

Ce chapitre très actif du HELLFEST CULT regroupe de nombreux passionnés, et amis avant tout, autour de cette musique si particulière qui nous anime et tout ce qu'elle véhicule dans un seul but, se retrouver entre amis pour trois jours de folie où tous les interdits sont bannis.

Tout comme l'édition précédente, c'est au Mas de la Baume aux Clés du Paradis au coeur des Cévennes non loin de Saint-Hippolyte-Du-Fort dans le département du Gard, que plus de 150 aficionados vont planter leur tente du vendredi 5 mai au lundi 8 mai (pour les plus courageux) au bord du ruisseau de Valestalière sur le site de 17 ha de bois, landes et prairies.

C'est en fin d'après-midi, le vendredi que j'arrive sur les lieux et découvre le site idyllique après tant d'éloges de la première édition.

Faisant suite à un accueil des plus chaleureux des membre des "South", je me familiarise rapidement au lieu et surtout à la population locale venue spécialement pour l'occasion puisque la plupart sont des amis (oui, je suis culteux (membre du Hellfest Cult) et "South"). Quel plaisir de retrouver tout le monde pour cet instant privilégié au milieu de nulle part, dans uns sorte de bulle spatio-temporelle mise sur orbite, déconnectée du monde qui nous entoure et pourtant bien réelle.
C'est à la suite de nombreuses accolades et embrassades, que je prends possession de mon espace de vie pour y planter ma tente Queshua 2 secondes (campeur oui mais du dimanche...).

L'organisation a mis le paquet pour cette seconde édition avec un grand barnum sous lequel est installé le bar, qui ne désemplira pas du week-end, les longues tables pour pour manger et pas que..., la sono qui va délivrer toutes sortes de Metal trois jours durant et bien sûr l'accueil où vont se succéder les membres les plus sollicités du bureau pour délivrer aux "festivaliers", le kit bien-être du week-end pour boire et manger (et surtout bien boire puisque le repas liquide est de rigueur dans cette communauté) avec un beau t-shirt à l'effigie de l'event. S'ajoute la présence d'un traiteur pour fournir aux joyeux metalleux des plats chauds tout au long de l'événement.

Il est à noter que le responsable de la communication du HELLFEST, Alex Rebecq, a fait le déplacement depuis le Saint des Saints pour l'occasion.
Cette fin de journée se passe rapidement avec les gens qui arrivent tout au long de cette fin d'après-midi et venant de toute horizon, les pays frontaliers y compris (Italie, Belgique, Suisse).

A la suite du repas convivial, il est 21h30 lorsque nous rejoignons la bâtisse ancestrale datant du XVIIIème et fief d' Armand Petitjean (fondateur de la société de parfums et cosmétiques Lancôme, aujourd'hui propriété du groupe L'Oréal) et surplombant le site pour assister au concert avec pas moins de 3 groupes nîmois venus animer cette première soirée et festoyer avec les culteux jusqu'au début de la nuit (oui je dis bien début, puisque les nuits se finissent vers.....euh ne finissent pas!). C'est donc sous le rock énergique des SAN PEDRO AIRLINES, suivi de RAISING KANE et leur stoner décoiffant et se terminant par les coreux 8MORE8 que la soirée bat son plein et que les premiers pogos et le seul timide slam font leur apparition. Un bon rendu sonore bien que la salle ne soit pas prévue spécifiquement pour du concert en matière d'acoustique, très certainement le fruit du travail de l'ingé son Serge Cuénot, gérant de la société Mur du Son et ancien guitariste du groupe Ange.

Retour sous le barnum, point incontournable de l'event puisqu'il s'y trouve le bar et chapeau aux tenanciers pour cette première nuit et pour tout le week-end, qui n'auront eu aucune minute de répit jusqu'au petit matin usant de la machine à pression délivrant deux bières de qualité.
C'est après une courte nuit un peu fraîche, que nous nous réveillons sous la pluie; les mines commencent à être marquées, les excès de la nuit se lisent sur les visages mais la bonne humeur et l'engouement à faire la fête sont toujours au beau fixe alors place au jour 2 où les gens vaqueront à leurs occupations diverses et variées en empruntant les sentiers de randonnées qu'offrent le site afin de s'aérer et de se régénérer pour la seconde nuit.
La matinée accueillera les derniers arrivants attendus avec impatience par les occupants des lieux et deux activités majeures se développeront dans l'après-midi pour braver le temps de façon ludique et agréable avec une initiation au tir à l'arc et des parties de pétanques initiées par les marseillais venus en masse permettant de mettre à l'honneur leur sport local autour de quelques verres de pastis.

La soirée sera le moment des retrouvailles de tous les amis et récentes connaissances autour d'une bonne tablée offerte par l'association avec comme met principal du cochon grillé. Un moment convivial et de partage autour de belles assiettes sur fond de musique Metal hurlant de façon incessante pour le plaisir de nos tympans.

Dessert avalé, place aux trois autres groupes venus défendre leur musique sur la scène du Mas et dans un registre différent de ceux de la veille. C'est aussi çà l'esprit Metal, c'est se délecter de styles musicaux différents dans l'esprit du partage au service de la même cause, s'amuser, rigoler, passer des moments inoubliables avec ceux que l'on aime et/ou apprécie.

Au menu ce soir, EXXISTENCE originaire d'Istres et leur Metal mélodique à l'univers sombre, venu remplacer NEREIDS n'ayant pas pu se produire , les thrasheux virulents de Dijon DEATH DECLINE candidat aux VOICE OF HELL II et les incontournables toulousains FLESHDOLL et leur death sombre et puissant venus défendre leur cinquième album paru deux mois plutôt.

Une soirée placée sous le signe du Metal impactant qui sera marquée par une ambiance plus musclée notamment sur le set de DEATH DECLINE et sa musique appropriée.

C'est à la suite de cette plus courte et nuit plus fraîche que le soleil refait son apparition pour une dernière journée où les traits de visage sont bien tirés. On sent que les deux soirées en ont laminés certains comme s'ils étaient passés sous un bulldozer.

Même programme que la veille, le soleil en plus et déjà quelques départs, ce sera le moment d'immortaliser les culteux de quelques photos prises ci et là et surtout de se regrouper en chapitres pour renouveler les images. Ce seront donc les Diabolus In Libris, les Punk, les Hell's Buccaneers, les Helvètes et les Sausage Crew qui vont défiler sous l'oeil avisé du photographe.

En plus de la pétanque et du tir à l'arc, quatre d'entre nous auront la bonne idée de surfer sur les tables du traiteur en les arrosant de produit lave-vaisselle et d'eau. Une animation qui aura mobilisé tout la campement une bonne demi-heure durant mais qui se sera soldée par deux estropiés (plus de peur que de mal) et qui laissera place au moment tant attendu de la tombola qui récompensera de nombreux culteux à la suite d'un tirage au sort incontestable des jolies membres du bureau et dont le gros lot, un pass 3 jours au Hellfest sera gagné par un tout jeune Metalleux de 18 ans aux anges pour toute la fin du séjour et qui le sera encore plus le week-end du 16/17/18 juin à Clisson.

La fin d'après-midi approche avec le campement s'étant considérablement vidé et faisant place à la dernière soirée de l'event, un karaoké géant dans la salle de concerts.

Une setlist très éclectique allant du Metal à la variété française sans oublier les classiques du punk, du glam et du hard-rock. Un moment de franche rigolade où les plus courageux s'en sont donnés à coeur joie faisant de cette dernière soirée quelque chose de convivial et bon enfant avec un seul but: la bonne humeur.
Soirée réussie qui laissera place aux derniers survivants du bar de nuit jusqu'au petit matin du lundi qui marquera les tristes "au revoir" en attendant le rendez-vous majeur de l'année: le HELLFEST.

Un grand merci à toute l'équipe des Southlanders pour l'organisation de cet événement permettant à tous de se retrouver, à Muriel et aux Clés du Paradis pour avoir mis à disposition ce lieu magique et bien sûr à tous les gens qui se sont déplacés pour que ce type d'initiative perdure car sans vous rien n'est possible.
Stay in Hell

Anibal Berith