Sortilège : Pour que vive la légende
United Rock Nations

27/06/2017
3052 vues

Alors que No Remorse vient de ressortir Sortilège (1983) et Métamorphose (1984) dans de luxueux coffrets, ainsi qu'en CDs, nous avons contacté les anciens musiciens du groupe afin qu'ils reviennent sur cette époque. C'est la section rythmique, composée de Daniel Lapp et Bob Snake qui nous ont répondus.


1) No Remorse vient de sortir deux coffrets en édition limitée, votre mini LP Sortilège et l'album Métamorphose, qui ont été épuisé avant même leur parution. Quel effet cela fait-il de se rendre compte que, trente après, vous êtes devenus un groupe culte ?


Bob Snake : Cela fait toujours plaisir de voir que malgré le manque d'expérience, le travail accompli en quelques années nourrit toujours une certaine passion encore aujourd'hui.
Daniel Lapp : Agréablement surpris et très fier d'avoir vécu cette aventure.


2) Qu'attendez-vous de ces rééditions ?


Bob Snake : Pas grand-chose, si ce n'est la satisfaction de ne pas être complètement oublié et d'avoir marqué un petit peu l'histoire du métal Français.


3) Dans le milieu metal, mais également dans le monde fandom fantastique et SF auquel j'appartiens en tant qu'auteur, votre nom circule toujours et vos textes inspirent certains écrivains. (Au passage, je vous cite dans plusieurs de mes ouvrages). Est-ce que cela vous surprend ?


Oui c'est toujours surprenant d'influencer en quoi que ce soit d'autres personnes, artistes, ou écrivains. Nous avons eu nous aussi nos modèles et nos influences. La boucle est bouclée donc nous sommes satisfaits.


4) Je vous ai vus à Denain, sur votre tournée avec Viva… Quels souvenirs en gardez-vous ?


Génial tu y étais aussi lol. La tournée avec Viva s'est très bien passée, puisque cela nous a permis de trouver notre dernier label Steamhammer. Ce que ne nous ne savions pas c'est qu'après la 1ère date en Guest, on s'est fait massacré pour les balances pour éviter de trop casser la baraque à la tête d'affiche. C'est un peu la loi des 1ère parties.


5) Pouvez-vous évoquer la manière dont se sont passés les enregistrements de ces deux albums à l'époque ?


Très vite une semaine en tout, version anglaise et mix compris. Pour te faire une idée, pour enregistrer un album à la batterie, c'est une journée et demie, installation du matériel, micros, balance et enregistrement. Donc tu n'as pas trop le droit à l'erreur.


6) Christophe Bailet s'est occupé des rééditions de ces coffrets. De quelle manière cela s'est-il passé ? Quels contacts avez-vous eus avec lui, en sachant qu'il vous connaît depuis vos débuts ?


Christophe connait très bien son boulot. Il est passionné et très dynamique donc cela s'est fait très simplement de manière agréable. Avec le souci avant tout de se faire plaisir. Il a toute notre confiance et notre respect.


7) Est-ce que ces nouvelles sorties sont différentes de ce qui s'est fait auparavant, puisqu'il semblerait que vous n'ayez pas toujours eu un droit de regard dessus ?


Les titres bonus, les photos et certains mix sont tous différents des sorties précédentes. En ce qui concerne notre droit de regard, les bandes master ne nous appartiennent pas et appartiennent à FGL Prod / Axe Killer. Christophe s'était aussi déjà occupé de ces premières rééditions sorties à la fin des années 90.


8) Le remix de Métamorphose change le son et la profondeur des morceaux. Que pensez-vous de cette nouvelle vision de votre album ?


En fait c'est un vieux mix que nous avions refusé à l'époque. C'est difficile d'être objectif aujourd'hui. Le son a tellement évolué de nos jours.


9) Avec le recul, quel regard portez-vous sur ces oeuvres composées dans votre jeunesse ?


Daniel Lapp : Beaucoup de travail et une grande cohésion entre nous.
Bob Snake : C'était la musique que nous écoutions à ce moment-là. C'était très spontané, mais on répétait beaucoup. J'avais 18 ans au moment du 1er vinyl . On était généreux et obstiné en même temps.


10) L'une des pattes de Sortilège résidait dans la qualité d'écriture des paroles (dont certains groupes comme Manigance se sont inspirés). Comment choisissiez-vous vos thèmes ? Et qu'est-ce qui vous inspirait puisqu'ils semblent très littéraires ?


Cette question s'adresse plus à Zouille, mais étant absent je ne saurai pas trop te répondre, sauf que Daniel et moi avions écris quelques textes au début pour inspirer Zouille quand il venait de se joindre au groupe, et lui en écrivait un troisième définitif.


11) Certains fans de la première heure pensent que cela dénature leur propre regard sur cet album. Que pouvez-vous leur répondre, en sachant que les deux versions sont disponibles dans le coffret ?


C'est à chacun de préférer la version qui lui convient, je n'ai pas d'avis à formuler sur ça.


12) En portant les deux rééditions des t-shirts de Sortilège et Métamorphose lors de salons du livre, j'ai été surpris d'être abordé par des fans qui me demandaient où je les avais achetés. Serait-il possible de rééditer ces t-shirts ?


Nous allons certainement ouvrir prochainement un site officiel où il sera possible d'acheter des tee-shirts et autres produits dérivés.


13) La pochette de Métamorphose est signée Philippe Druillet, un grand illustrateur de science-fiction. Comment l'avez-vous choisi et de quelle manière s'est passée cette collaboration ?


On nous a proposé une pochette d'album dessiné par Philippe Druillet qui était déjà célèbre à ce moment-là. Le projet nous a plu sans hésitation. Il a tout déchiré. En plus il n'a jamais demandé quoi que soit pour les droits voisins inhérent au merchandising. La classe.


14) Ces coffrets renferment des éditions nouvelles de vos albums, avec notamment des démos de Sortilège. Existe-t-il encore des chansons inédites de cette époque ? De quel ancien matériel disposez-vous ? De nombreux fans attendent un album live, mais il ne semble pas y avoir de bandes exploitables de cette époque. Ai-je tort ?


Non en ce qui concerne les enregistrements inédits c'est tout ce que nous avons. J'ai du très lourd mais c'est avec le groupe The Team, la formation post Sortilège avec Marc B. Lay (ex-Killer (Che)) au chant. Mais pour en revenir à Sortilège il est question de voir si on peut bricoler quelque chose pour un DVD live de l'époque, mais pour ça il faut que l'on trouve une solution pour faire coller un son pas trop mauvais aux images. Je ne sais pas encore si cela va être réalisable vu que nous ne disposons que de bootlegs. Christophe vous tiendra au courant le moment venu…


15) A part Bob Snake qui a, durant un temps joué avec Shaka Ponk, et quelques apparitions sporadiques de Christian Augustin sur les projets de Renaud Hantson ou avec Manigance, vous avez disparu de la scène. Est-ce que cela ne vous démange pas de remettre le couvert à une époque où tant de groupes français et étrangers se reforment ?


Daniel Lapp : Personnellement cela me plairait beaucoup de rejouer dans un groupe tout en sachant qu'une belle aventure comme celle de Sortilège ne se répètera pas.


16) J'ai vu qu'au Fall Of Summer de 2017, un tribute band à Sortilège va jouer avec des membres du groupe. Qui sont-ils ? Quel va être le programme ?


Bob Snake : C'est une surprise, je ne peux rien dire sur ce sujet.


17) En 2017, le metal bénéficie, en France, d'une visibilité plus importante que dans les années 80, avec des festivals tels que le Hellfest, le Download… voire des passages télévisés comme sur Arte ou C8 (même si c'est en pleine nuit). Comment voyez-vous cette évolution lorsqu'on sait ce que le festival du Bourget a fait comme flop à l'époque ?


En fait je ne vois pas d'évolution encore aujourd'hui en tout cas en ce qui concerne les médias français ou les labels. Gojira n'est même pas récompensé aux victoires de la musique française alors qu'ils sont nominés pour les Grammy Awards aux USA. Lamentable !!!!!


18) Est-ce que vous suivez ce qui se passe à l'heure actuelle sur la scène musicale ? Qu'est-ce qui vous interpelle ?


Pour ma part je joue encore sur des projets rock comme Dead Sexy, et autres. La vie sans musique n'est juste pas concevable pour moi donc je donne toujours pas mal d'énergie pour la bonne cause. Et je continue toujours à écouter et découvrir les autres artistes avec plaisir et curiosité.
Daniel Lapp : oui je suis l'actualité, je découvre de belles choses comme notamment Laura Cox et Rosedale qui ont beaucoup de talent.

* Tous nos remerciements à Christophe Bailet qui a servi d'intermédiaire. Les photos ont été fournies par le groupe lui-même.