Kverlertak, l'interview du Download Festival
United Rock Nations

09/06/2017
212 vues

Pour continuer notre série spéciale Download 2017, nous voici avec Vidar Landa, le guitariste-pianiste de Kvelertak, qui nous fait part de ses impressions quant au dernier album du groupe, Nattesferd (2016): ''J'aime toujours beaucoup cet album: nous étions vraiment satisfaits en l'enregistrant, en même maintenant avec le recul, on adore jouer ces nouvelles chansons, qui ne sont plus si récentes finalement.''.

Et il rajoute: ''On ne s'occupe pas vraiment (des fans et des médias), on n'a pas le temps pour ça pendant l'enregistrement. Mais bien sûr, plus on approche de la date de sortie et plus on commence à s'en soucier, à se demander si les gens vont aimer ou pas. Et puis la production et les titres sont un peu différents sur le dernier album, donc nous étions curieux de l'accueil que les fans lui réserveraient, accueil qui fut bon en général.''

Vidar revient également sur le style particulier de Kvelertak, ainsi que sur ses influences: ''Nous sommes 6 personnes dans le groupe, et nous venons tous d'horizons musicaux variés; on essaie donc d'incorporer toutes ces choses que l'on aime, par exemple l'énergie du punk rock et du hardcore, les riffs du rock classique. On a essayé d'être assez ouverts et de mélanger tous ces styles, tant que ça sonne bien. Et puis c'est fun aussi pour nous, on se doit d'apprécier ce que l'on crée. Quand j'étais petit, j'écoutais aussi bien du ABBA que du blues avec mes parents, mais j'ai découvert le rock très jeune grâce à mon frère et à un cousin plus âgés qui écoutaient les Guns N Roses et Metallica. Et puis jouer mes premiers accords de puissance et découvrir le hard core et le punk rock, ça a eu une importance capitale.''

Dans la ville où j'ai grandi, il y avait cette importante scène hardcore avec ces groupes politiquement engagés, dans le style straight edge (ndlr: Le straight edge est une sous-culture et un sous-genre musical du punk hardcore dont les adhérents ne consomment ni alcool, ni tabac et autres drogues récréatives) qui proposaient des concerts pour les mineurs (car en Norvège il faut être majeur pour assister à un concert). On allait à ces concerts et on pouvait y voir des groupes de qualité et pleins d'énergie, et ça a été une grande source d'inspiration.''

''Concernant notre artwork, toute cette affaire de chouette a commencé avec la pochette d'une démo, et c'est resté, c'est même devenu notre mascotte. (...) Il y avait cet artiste à Oslo qui faisait des masques pour un groupe d'électro. Marvin (Nygaard), notre bassiste, l'a découvert lors d'un documentaire à la télévision, est allé le voir et lui a demandé de faire la même chose pour nous. Il a de suite aimé l'idée de travailler pour nous. Il a trouvé cette chouette, une vraie chouette, morte, et il en a fait un masque. On voulait quelque chose que l'on puisse développer autour de l'album.''

Quant aux futurs projets du groupe:
''On travaille vraiment lentement, et nous donnons tellement de concerts que l'on ne trouve pas le temps de se poser, de répéter ou d'écrire. Depuis que cet album est sorti, nous n'avons eu de cesse d'être sur la route. On termine les festivals cet été, puis nous avons la tournée avec Metallica, on devrait pouvoir commencer cet été ou cet automne, mais on ne va pas hâter les choses, on prendra le temps qu'il faudra.''

En parlant de Metallica...
''C'est incroyable que nous puissions faire cette tournée avec Metallica. Ce sera une sacrée expérience pour nous! Nous avons déjà joué sur des grandes scènes lors de festivals, ou avec Slayer il y a quelques années, mais là ce sera vraiment notre grande première. Ce sera tout nouveau pour nous, on va devoir travailler sur tout, des moniteurs in-ear jusqu'à comment faire pour que notre show touche le public. On a hâte!''

Kvelertak jouera en première partie de Metallica les 8 et 10 Septembre 2017 à l'Accord-Hotel Arena.