Alestorm, l'interview de leur concert parisien.
Valentin Perouelle
Journaliste

28/10/2017
1365 vues

Quelques minutes avant le concert d'Alestorm à Paris, nous avons eu le plaisir de discuter avec Gareth Murdock, le bassiste, finalement rejoint en cours d'interview par Elliot Vernon, le claviériste. Voici quelques temps forts de cette rencontre !

« Le Hellfest est probablement l'un des plus incroyables festivals au monde. Il y a tellement de groupes énormes et l'organisation est tellement géniale ! En plus, tout le monde nous a adoré cette année pour une raison obscure donc c'était vraiment super. »

Gareth : « - Je pense qu'au début, les gens étaient vraiment attirés par l'univers pirate que nous utilisons, et c'est super. Ce genre de Metal était assez nouveau et original quand nous avons commencé. Mais avec le temps, les gens ont compris qu'il y avait plus que simplement l'amusement en concert, et aussi que nous n'étions jamais non plus entièrement rentrés dans ce truc des pirates. Ils ont compris qu'on pouvait s'amuser sans avoir un bateau pirate sur scène et je pense que c'est mieux maintenant. […] D'ailleurs, de moins en moins de gens viennent déguisés à nos concerts. Il y en a bien sûr mais moins qu'au début.
Elliot : - C'est beaucoup plus cool de voir des gens déguisés quand on joue à un festival. Je veux dire qu'à nos concerts, on sait que tout le monde est fan d'Alestorm, mais en festival, c'est tellement génial de pouvoir repérer nos fans dans la fosse. Quand tu vois quelqu'un avec un pirate sur le t-shirt, tu sais que c'est pour toi !
Gareth : - C'est vrai, quand on arrive en festival on se dit : « Est-ce que quelqu'un a déjà entendu parler de nous ici ? » et tu regardes autour de toi et d'un coup : « Oh ! Ce mec nous connait ! Il a un patch Alestorm sur son épaule ! ». Ce n'est pas qu'on n'aime pas que les gens viennent déguisés mais il faut se rendre à l'évidence, ça arrive de moins en moins. Et en plus, on ne le fait pas nous-mêmes, mais c'est toujours cool de voir que les gens essaient d'entrer totalement dans ce qu'on joue. »

Gareth : « - Maté Bodor était super stressé puisque cet album était son premier avec Alestorm. Il pensait qu'on était le genre de groupe hyper sérieux et professionnel et il pensait qu'il n'était pas assez bon pour jouer avec nous.
Elliot : - Nous avons fait un live facebook quand on enregistrait les solos de guitare et il l'a super bien fait dès la première fois et donc la vidéo était censée s'arrêter après seulement 10 secondes alors on n'a pas arrêté de lui dire qu'il avait fait des erreurs et qu'il devait recommencer encore et encore.
Gareth : - Mais il est super et il s'intègre vraiment bien au groupe. J'oublie presque qu'il n'était pas là depuis le début, il y a 10 ans. La transition est réussie. »

Gareth : « - Pour être honnête, je pense que oui, on peut parler de « Pirate therapy » comme tu le dis. Notre musique rend les gens heureux et ça leur donne envie de sauter partout, moi aussi d'ailleurs !
Elliot : - Beaucoup de gens disent que la musique est un des meilleurs remèdes possible et, par exemple, on a fait le Vans Warped Tour cet été et il y avait plein de groupes un peu Emo qui chantaient en disant à tous les jeunes présents combien la vie était pourrie et ça n'aide personne d'entendre ce genre de choses, surtout pour les gens qui souffrent parce que du coup, ils y pensent encore plus. Mais quand ils viennent à nos concerts, c'est différent puisqu'ils s'amusent donc oui, c'est une thérapie.
Gareth : - Je n'y avais jamais pensé mais ce terme est vraiment adapté. Quand les gens viennent à nos concerts, ils disent qu'ils étaient tristes mais qu'ils se sentent mieux après nous avoir vus sur scène et je trouve ça bien.
Elliot : - Ça peut paraître juste drôle et un peu bête mais c'est très important pour certaines personnes. »

Et maintenant, les réponses d'Alestorm aux questions que vous nous avez posées !
1) L'invitation aux « Soirées du Capitaine » :
« Honnêtement, j'aurais adoré pouvoir dire oui à son invitation mais c'est plus compliqué bien sûr. La prochaine fois que je viens à Paris (Gareth est déjà venu de nombreuses fois dans notre capitale qu'il connaît bien), j'irais y faire un tour ! Je pense qu'il y a de supers concerts et soirées là-bas. Mais on a déjà un concert à Paris ce soir ! »

2) La place du rhum dans le groupe (Gareth était en train de siroter un verre de rhum) :
« Oh les fans ont posé des questions ? Je vois venir le « Aimez-vous le rhum ? » (rire). […] Ah il y a vraiment une question sur ça ? (rire) En fait, le rhum n'est pas si important que ça pour nous. Enfin là tout de suite, ça l'est puisque j'en bois. C'est Phil qui me l'a donné et j'ai confiance en tout ce qu'il me donne à boire, sauf pour la quantité qu'il me donne. Mais on ne boit plus tant de rhume que ça, je pense qu'on s'est un peu « out-rhummer » à force. Et regardez notre frigo, il est plein de bouteilles de vin ! Bon, on est en France, ça joue aussi. »

3) La possibilité de tourner un live DVD lors d'un concert en France :
Gareth : « - En fait, on en a parlé dernièrement parce qu'on a déjà fait un DVD en janvier 2012. Mais on l'a tourné en Australie parce qu'on a réalisé qu'on était assez célèbres là-bas et on trouvait ça cool puisqu'assez peu de groupes européens font des concerts là-bas régulièrement. Mais je pense que si on se repenchait sur le sujet maintenant, et je ne dis pas ça uniquement pour faire le mec (prends une voix snob) « Oh la France est un pays si cool », mais sur cette tournée, les concerts en France ont été les plus dingues !
Elliot : - Je pense que la France est le pays où nous sommes le plus célèbres maintenant…
Gareth : - Oui, je pense aussi. Donc c'est une possibilité qu'on le fasse.
Elliot : - Ce serait une bonne idée.
Gareth : - En tous cas, ce n'est pas la pire. »

4) Le canard d'Alestorm :
Elliot : « - Il s'appelle Shawn. Mais ne me demandez pas pourquoi. On l'a vu sur internet un jour et on a trouvé ça marrant alors on l'a mis sur scène et il n'en est pas parti.
Gareth : - C'est un ami, juste un mec comme les autres. Je lui parle sur scène à chaque concert, et les autres me regardent bizarrement, comme si j'étais fou (rire). La nuit dernière, j'étais près de lui alors j'ai commencé : « Oh Shawn, tu es tout sale ! On dirait que quelqu'un t'a craché de la bière dessus ! ». Et puis j'ai réalisé que je parlais à un canard devant une salle de concert totalement pleine. Donc oui, je l'aime beaucoup. Et c'est cool sur scène. Les gens n'oublient jamais le canard sur scène. Ils rentrent chez eux et en parlent. Même s'ils ne se souviennent que de cette partie du show, ça veut dire qu'il marque les esprits. »