WIDOWMAKER
Plus d'infos sur WIDOWMAKER
Deathcore

Widowmaker
Shades Of God
Journaliste

WIDOWMAKER

«Gros riffs très gras, rythmiques lourdes et puissantes, nous sommes directement plongés dans un tourbillon de violence, et ce n'est pas prêt de s'arrêter.»

7 titres
Deathcore
Durée: 27 mn
Sortie le 07/07/2017
192 vues
Widowmaker, si ce nom ne vous dit rien, pas de panique, c'est normal. Le groupe qui nous vient tout droit de Huntsville, dans l'Alabama, vient de sortir son premier album. Leur style ? Le Deathcore, celui qui envoie du bois, qu'on peut classer facilement entre Whitechapel, Thy Art is Murder et Fit for an Autopsy. Mais pas seulement, parce que les Américains ont plus d'une corde à leur arc, et cet opus éponyme le prouve de fort belle manière.

Comme dit en introduction, Widowmaker c'est du Deathcore et c'est du brutal. Pas de fioritures ou de calculs d'apothicaires, leur musique va droit à l'essentiel. Dès les premières secondes de The Nihilst, le cadre est posé, les gaillards ne sont pas là pour tricoter. Gros riffs très gras, rythmiques lourdes et puissantes, nous sommes directement plongés dans un tourbillon de violence, et ce n'est pas prêt de s'arrêter. Paragon et Spineless poursuivent le travail en alternant blasts fous et breaks apocalyptiques, le tout avec une maitrise quasi parfaite. La différence avec d'autres groupes du même genre se fait clairement dans les ambiances où Widowmaker est particulièrement bon, celles-ci sont à la pesantes et angoissantes, le groupe parvient à créer un environnement hostile qui donne du poids à sa musique et qui quelque part la sublime.

Dissonance est très certainement le titre qui met le plus en exergue les capacités de Widowmaker, puisqu'en plus de la brutalité et de l'atmosphère intrigante, vient se mêler un peu de mélodie. Avec ce morceau, Widowmaker joue la diversité et permet à cet éponyme de gagner en impact tout en gardant son fil conducteur : la violence.

Widowmaker n'est pas une copie ou une parodie de Deathcore, c'est réellement un groupe novateur qui, sans sortir des codes du style, parvient à apporter un peu de sang neuf à la scène. Il est certes trop tôt pour s'emballer, mais si les Américains continuent sur cette voie, ils pourraient rapidement se faire un nom.