DEMENTIA
Plus d'infos sur DEMENTIA
Rock Métal

Persona
The Effigy
Journaliste (Belgique)

DEMENTIA

« Un bel essais réussi pour ce premier album de DEMENTIA !»

14 titres
Rock Métal
Durée: 48 mn
Sortie le 08/09/2017
4736 vues
Les français de Dementia, groupe fondé en 1989, ne sont pas facilement catégorisable. Du rock au métal en passant par le folk, les influences multiples du groupe apporte un cachet particulier à leur création musicale. De Nirvana à Pantera, de Him à Alter Bridge ou encore de Muse à Tool ou No One Is Innocent, tout démontre une grande versatilité rendue pourtant avec cohérence quand il s'agit de pondre des compositions originales.

Chrisuke, Nicolas, Arnaud et Thierry disent ne pas se prendre au sérieux mais faire sérieusement leur musique. C'est peut-être bien là la recette gagnante du combo qui nous propose un voyage inattendu avec ce premier album « Persona » enregistré par Francis Caste (Refused, Loudblast, Bukowski, etc...) au studio Sainte-Marthe.

L'introduction à l'album qu'est « Blur » se dévoile en douceur, la voix parlée et la guitare au son clean se place sur des roulements de caisse claire qui ne laissent pas deviner la suite qu'apporte « Speedball ». Titre rock énervé nous renvoyant au croisement d'un Stone Sour avec un Stone Temple Pilot. Un léger touché oriental dans la ligne de guitare assez accrocheur se place bien en phase avec le morceau. Un bon gros cri sur le riff d'entrée envoie dans vos oreilles un « Lies » aux allures de single avec ce refrain entêtant et mélodique.

Bass et batterie peuvent donner un tempo dansant mais dès l'entrée des guitares « Too Long » rattrape sont côté rock moderne, mélange de certain riffs hard rock et cassure de tempo au refrain. Un chouette solo de guitare se rajoute à ce mid tempo accrocheur. La guitare clean qui ouvre le lent « Drive » donne un sentiment de nostalgie que le chant renforcera encore plus de par sa mélodie mélancolique. Plus dans une veine Slitskin, ce titre en a également les qualités.

Tempo relevé pour ce « Red Panda » très enjoué. Un break bien placé permet un peu plus d'agressivité mais l'ensemble est assez bonne ambiance. Dès les premiers arpèges, nous sentons le slow arriver. « Endgame » fera l'alternance entre couplet très doux et refrains renforcés pour accentué la dramaturgie du moment. Somme toute assez classique, le morceau n'en possède pas moins les qualités d'un bon titre.

« Hate » débute sur un cri mais se radouci pour ses couplets. Mais, parce qu'il y a un mais, les passages assez classiques sont mélangés avec du chant criés et certains riffs plus sombres. Ce qui donne un mélange assez original allant même jusqu'à placer une voix se rapprochant du rap ou du hardcore. Funky et rock pour un « Enter Phoenix » assez remuant, s'amusant de l'effet wah-wah donnant la touche de plus au titre. Un bon morceau pour s'amuser entre amis.

Nous passons un coup de fil pendant l'interlude appelé « interlude ». Pas toujours besoin d'aller chercher loin pour indiquer ce que l'on veut. Ce qui tombe bien avec ce gros mélange rap et rock qu'est « Screensaver ». Le titre est efficace et de plus doté d'un refrain accrocheur accompagné de lignes simples de guitare pour bien s'imprégner dans notre tête. « Love Tonight » possède quand à lui des relents plus punk-rock. Simple dans sa construction et sa musicalité, il va directement à l'essentiel qui est de faire bouger le public. Mission réussie vu l'état de ma chaise à la fin du titre.

Un bon gros riff bien sec dessert « Reason To Call », titre rock-metal où la mélodie et la brutalité légère se côtoient pour le mieux de l'ensemble. Le dernier morceau de l'album voit l'apparition d'un piano. Une entrée lente des instruments, guitare acoustique et ensemble du groupe en court de route. Nous quittons l'album dans le calme et la douceur de « Little Boat ».

Pour le fan de groupes comme Foo Fighters ou Stone Sours, cet album peut rejoindre leur discothèque sans l'ombre d'un doute. Pour les autres il faudra simplement être ouvert au genre qu'exerce le groupe pour reconnaître une qualité mise en avant par des compositions la plupart du temps efficaces du premier coup. Un bel essais réussi pour ce premier album du groupe. Vivement le second.