Host
Herger
Journaliste

PARADISE LOST

«Un album à part dans la discographie fantastique de Paradise Lost, mais ô combien génial ! Quand les anglais se mettent à la pop new wave, cela donne ce ''Host''. »

13 titres
Doom/Death Metal (early), Gothic Rock/Metal (later)
Sortie le 16/03/2018
2484 vues
Il y a parfois dans une carrière des albums décriés, sortant des sentiers battus et incompris par rapport au reste de la discographie du groupe. Par exemple ''Reload'' de Metallica, ayant eu mauvaise presse à sa sortie car le groupe avait proposé un album moderne mais bien loin des standards du groupe.

Et bien cette réflexion peut fonctionner pour '' Host'' de Paradise Lost.
Après le fabuleux ''Draconian Times'', les gars de Bradford sortent ''One Second'', plus mélodique et moins métal, tout en gardant ce côté gothique et sombre cher au groupe.
C'est dans ce contexte que sort en 1999 son successeur, ''Host'' sortant sur EMI, gros label qui enfonce le clou pour déboucher vers une pop aux sonorités new wave et électro au grand dam des fans les plus extrêmes. C'est pour lui donner une deuxième jeunesse que Nuclear Blast réédite ''Host''.

C'est un album pop influencé par la new wave, que beaucoup ont comparé à Depeche Mode.
Finies les guitares saturées et mises en avant comme sur ''Icon'' ou ''Draconian Times'', ici elles sont en retrait au profit d'arrangements de cordes, de samples ou d'éléments électro. Ce virage s'était fait sentir déjà sur ''One Second'' mais va plus loin puisqu'il n'y a même plus de soli et la batterie de Lee Morris se fait quasiment boîte à rythme sur l'ensemble de l'album.

Une autre chose change : le chant de Nick Holmes.
Sur les précédents albums, il avait troqué ses growls pour un chant plus modéré, qui restait parfois agressif et grave mais qui convenait aux titres de ces albums.
Pour ''Host'', il a encore adouci sa voix pour en faire quelque chose de très beau. Et ce côté mélodique se prolongera sur les albums suivants.

L'envie de composer des titres sombres et mélancoliques, elle, ne change pas. Et le résultat est plus que réussi puisque c'est peut-être l'album le plus sombre de la discographie de Paradise Lost.

Citons quelques titres qui ont ma préférence.

''So Much is Lost'' a servi de single à sa sortie et est l'un des titres les plus accrocheurs à tous points de vue : guitares, refrains… ''It's Too Late '' est pour moi le plus beau titre de l'album. Les cordes y sont magnifiées et la voix de Nick n'a jamais été aussi douce, aidé par une belle voix féminine. ''Permanent Solution'' est l'un des titres avec le plus de guitares. J'adore le son des claviers sur les refrains qui donnent au titre un côté très sombre !
''Deep'' a un son quasi industriel et nous présente une très belle prestation de Nick Holmes et ''Host'', morceau éponyme clôt de belle manière l'album avec ses très beaux arrangements de cordes, ses refrains et quelque chose qui se rapproche d'un solo.

Pour finir, le groupe reviendra petit a petit vers des choses plus métalliques pour arriver à son doom death avec ‘'Medusa'', dont il a le secret.

Un album à part dans la discographie fantastique de Paradise Lost, mais ô combien génial. Quand les anglais se mettent à la pop new wave, cela donne ce ''Host'' .
PARADISE LOST
Plus d'infos sur PARADISE LOST
Doom/Death Metal (early), Gothic Rock/Metal (later)
Chroniques