ORION DUST
Plus d'infos sur ORION DUST
Rock Progressif

Duality
Herger
Journaliste

ORION DUST

«Pour un premier album, c'est un coup de maître. Le groupe a su mobiliser le meilleur de la modernité et des références plus anciennes. Si il continue comme cela, Orion Dust peut devenir un des meilleurs groupes du style Prog, un digne héritier d'Ange»

10 titres
Rock Progressif
Durée: 59 mn
Sortie le 19/01/2018
10039 vues
AUTOPRODUCTION
Les français d'Orion Dust ont eu la bonne idée de rééditer leur album ''Duality'', publié par le groupe l'année dernière.
Formé par des lorrains (guitare et batterie), ils sont partis sur Lyon et ont recruté le reste du line up.
Les lyonnais d'adoption proposent un mélange d'influences Seventies et d'autres plus modernes pour un résultat plus qu'intéressant.

Pour décrire les titres de ce ''Duality'', c'est une alternance d'influences plus Hard au niveau des riffs et bien prog, comme Genesis, ou encore Ange pour le côté '' conte'' sur certains morceaux.

Je vais débuter par le lumineux titre qui commence de belle manière cet album. C'est le morceau le plus enjoué de l'album grâce à des structures musicales dynamiques et des refrains qui vont vous mettre la patate.

''Burn Out'' est l'opposé de son prédécesseur car beaucoup plus sombre. C'est aussi l'un des titres les plus Hard. Les riffs sont assez lourds et efficaces sur certains passages et la voix expressive des couplets donne un ton plus calme.

Le troisième titre ''Absencia'' est instrumental dans une veine ambiante et plutôt sobre.

''Darkest Hope'' est un titre qui part calmement à la guitare acoustique pour aller vers des contrées plus agressives, avec de très belles parties de grattes, qu'elles soient en riffs ou en soli.

Le morceau suivant est la plage éponyme de l'album. Le registre est toujours moderne, où le groupe mixe passages plus doux et plus rentre dedans. Des parties d'orgue donnent une petite touche Seventies.

''Hapiness Inside'' est le gros pavé de l'album, le morceau de bravoure où le groupe part dans un registre vraiment années 70 : Rock planant de Floyd, des passages à l'orgue dignes de Purple et de ELP, pour se prolonger vers un passage instrumental de toute beauté. Le titre de finit de manière plus énergique après un moment rappelant Harmonium avec ses flûtes.

''Narcotic'' nous plonge dans un univers mêlant riffs Hards, éléments plus pastoraux mêlés à la voix de la chanteuse. C'est un bon morceau.

''Tightrope Walker'' part dans des contrées folk psychédéliques qui me rappelle le premier album de Fairport Convention et même Jefferson Airplane.

''Selene'' est aussi un bon titre à l'esprit mélancolique où l'on peut entendre un solo incandescent et qui se finit de manière classique dans une veine progressive.

Enfin nous arrivons au dernier titre de l'album ''The Rest'', très belle composition avec ses délicates notes de piano et de guitare.

Pour un premier album, c'est un coup de maître. Le groupe a su mobiliser le meilleur de la modernité et des références plus anciennes. Si il continue comme cela, Orion Dust peut devenir un des meilleurs groupes du style Prog, un digne héritier d'Ange