När Isarna Sjunger
Herger
Journaliste

OBLIVIOUS

«Oblivious poursuit sa route dans les contrées seventies. Pas le meilleur du genre mais très bon moment à son écoute.»

9 titres
Classic Rock / Blues
Sortie le 09/02/2018
4875 vues
GALPHAS
Depuis quelques années, la Suède nous propose une recrudescence de Rock Vintage dont la plupart sont très bons (Horisont Dead Lord, Saturn ou Night pour ne citer qu'eux).
Aujourd'hui, c'est le groupe Oblivious qui nous propose son nouvel album sur le label Galphas .
Le groupe existe depuis 2002 et a déjà à son actif trois albums ancrés dans un rock influencé par la fin des années 60.

A l'écoute de ce ‘'När Isarna Sjunger'' se remarquent immédiatement les références : Cream, Cactus, Vanilla Fudge ou Deep Purple, rock sudiste de Lyrnyrd Skynyrd, Allman Brothers Band ainsi que la légende américaine Creedence Clairwater Revival.
Les riffs sont mélodiques, pas vraiment puissants mais très typés de cette période faste, dans un registre proche du blues rock à la Blue Cheer..

Quelques exemples de bons morceaux sur ce ''När Isarna Sjunger'' : ''Fästet'', avec ses refrains bien sympas qui vont foutre la pêche. Les parties de grattes ne sont pas mauvaises dans un registre groovy, avec un solo au sacré feeling.

Le titre ‘'När isarna sjunger'' fait dans un registre bluesy avec des tempi assez lourds où Cream se fait sentir. Les refrains sont toujours réussis, les soli sont maitrisés dans le même registre que le reste du titre. La voix déchirante est l'un des atouts de ce titre à l'ambiance poignante.

Pour finir, le magnifique titre ‘'Hitta Hem‘' qui rappelle ''Simple Man'' des mecs de Jacksonville, avec de discrètes nappes d'orgue qui donnent ce côté très vintage et des lignes de grattes très rock sudiste.

La voix est excellente car elle fait aussi très vintage. Ici, pas de hurleur à la Plant, mais juste une voix pro et carrée, aidé de belle manière sur les refrains par des harmonies vocales de bonne facture.
A noter que le groupe a décidé de composer dans sa langue natale pour cet opus, ce qui pour ma part n'est pas une mauvaise chose car cela donne un supplément d'âme et un côté original aux titres.

Comme sur ses dernières productions, Oblivious a pris un soin particulier pour son cover, toujours dans une veine psychédélique et n'oublie pas d'utiliser la grenouille, qui devient un gimmick sur ses couverture d'album.

Oblivious poursuit sa route dans les contrées seventies. Pas le meilleur du genre mais très bon moment à son écoute.

OBLIVIOUS
Plus d'infos sur OBLIVIOUS
Classic Rock / Blues