Moly Baron
Carm Ziofa
Journaliste

MOLYBARON

«Malgré les qualités instrumentales indéniables de ses musiciens, Molybaron rate complétement ce premier album. A vouloir trop mélanger les styles, le groupe s'est perdu ! »

10 titres
Hard Rock
Durée: 39 mn
Sortie le 08/04/2017
1123 vues
REPLICA

Molybaron a été créé en 2014 à l'initiative de Gary Kelly, leader/chanteur/guitariste, un infographiste irlandais résidant à Paris. L'histoire raconte qu'il aura fallu 3 ans pour accoucher de ce premier opus publié en autoproduction. Accompagné de Steven Andre à la guitare et de Sébastien de Saint-Ange à la basse, le groupe oeuvre dans un style musical difficilement classable, une sorte de heavy Muse avec ci et là quelques influences à la Placebo.

Et c'est là toute la complexité de cet opus. Les titres ont pratiquement toutes des guitares lourdes sur les intro et les prémices introductives de quelques secondes de beaucoup de titres créent l'illusion d'un groupe de métal bien burné. Et puis quand les couplets et les refrains enchainent, on se perd dans des rythmiques autant complexes qu'inadaptées, dans des structures difficiles et brouillonnes et des lignes de chant inefficaces.

C'est le cas de "Fear Is Better Business Than Love" qui donne une illusion très éphémère de RATM qui n'aboutit à rien, de "Moly" à l'illusion Gojira sur les premières secondes puis plus rien, "Let's Die Together" et "Dance" à l'illusion Papa Roach des premiers album puis tout retombe........

Cette multiplication de style, genre et ambiance différents regroupés dans chacun des titres de l'album finissent par nous donner la sensation que Molybaron a passé trop de temps à réfléchir à cet album - 3 ans - et une approche plus directe et simple aurait été plus efficace.

Le seul titre honnête et clairement affirmé dans l'esprit Placebo est certainement "Sleep Leaves This Place". Ce dernier a au moins le mérite de rester dans une veine musicale constante tout au long de ses' 4'30 malgré un léger passage plus heavy, perfectible et hors sujet.

Malgré les qualités instrumentales indéniables de ses musiciens, Molybaron rate complétement ce premier album. A vouloir trop mélanger les styles, le groupe s'est perdu ! Il faudra attendre le prochain album pour comprendre sa réelle orientation musicale !