Midnight Ghost
Fred H
Journaliste

BRAINSTORM

«Power metal mélodique Deutsche Qualität de va sans conteste ravir les fans du combo»

10 titres
Power Metal
Durée: 51'38 mn
Sortie le 28/09/2018
407 vues
Opus après opus (onze parus jusqu'à lors), depuis bientôt trente ans, Brainstorm creuse son sillon musical avec qualité et régularité. Ce « Midnight Ghost », douzième livraison donc, n'est pas un album concept à proprement parlé. Pourtant, il se dégage tout de même une certaine thématique autour des peurs : les fantômes, les monstres de nos enfances qui se tapissent sous le lit (ne rien laisser dépasser de sous la couette au risque de se le faire bouffer), le croque-mitaine planqué dans l'armoire, des créatures meurtrières dans la nuit noire et obscure… Des trucs à vous filer de grosses frayeurs (et plus si affinité) en somme.

La marque de fabrique du quintette allemand (à savoir du « power metal Deutsche Qualität ») est une nouvelle fois au rendez-vous. Derrière un Andy B. Franck impressionnant vocalement ça envoi sévère (l'explosif 'Devil's Eye'). Soutenus par la 4-cordes d'Antonio Leva et la batterie galopante de Dieter Bernert, plusieurs morceaux sont tout simplement destructeurs (l'excellent missile 'The Pyre'). Les natifs du pays de Bade se la joue même épique. Introduit par un glas sinistre et des bruissements divers, à travers l'histoire d'une gamine de quatorze printemps (‘Jeanne Boulet (1764))' qui fut première victime déclarée, le chanteur nous narre les sombres événements qui agitèrent la province du Gévaudan (Lozère) il y a deux siècles et demi. Pour mémoire, durant près de trois ans, la population locale à subit de nombreuses attaques, le plus souvent mortelles, qui ont été attribuées à une mystérieuse bête féroce (un grand canidé semble-t-il). C'est quoi déjà la Comptine ?... « Promenons-nous dans les bois… Pendant que le loup n'y est pas… ».

De leurs côtés, Milan Loncaric et Torsten Ihlenfeld délivrent des soli tranchants ('Haunting Voices') et une kyrielle de riffs simples, puissants, agressifs et d'une efficacité redoutable ('Revealing the Darkness'). Rempli à ras bord d'éléments mélodiques et de refrains accrocheurs plutôt percutants il faut le reconnaitre ('Divine Inner Ghost', 'When Pain Becomes Real' ou encore 'Four Blessings'), l'ensemble s'écoute sans déplaisir et se mémorise assez aisément. Bien agréable tout cela bien que certains titres sont malgré tout plus classiques, commerciaux même ('Ravenous Minds', la presque-ballade 'The Path'). Derrière la console, Sebastian ‘Seeb' Levermann (Orden Ogan, Rhapsody Of Fire), qualifié de « pratiquement sixième membre », grâce à une production dynamique, réussit à faire la part belle à chaque instrument et aux cinq zicos.

Suite logique à leurs précédentes rondelles, « Midnight Ghost » va sans conteste ravir tous les fans du combo. Equipés de leurs accélérateurs de particules bardés de power metal mélodique, nos teutons ont croiser leurs effluves (il y en a qui n'écoutent pas les recommandations) pour livrer une oeuvre de haute facture. Pour reprendre la réplique des fameux chasseurs d'ectoplasmes et autres entités cauchemardesques « Brainstorm est venu, Brainstorm a vu et ils l'ont eu dans le c** ! ».