AMENRA
Plus d'infos sur AMENRA
Doom/Sludge Metal/Hardcore

Mass VI
Herger
Journaliste

AMENRA

«L'album Sludge de l'année. L'attente de ce nouvel opus ne fut pas vaine, car Amenra a réussi à aller plus loin que ''Mass V'' dans l'inspiration.»

6 titres
Doom/Sludge Metal/Hardcore
Durée: 42 mn
Sortie le 20/10/2017
1827 vues
Le nouvel opus des belges d'Amenra arrive enfin, après cinq longues années d'absence. ''Mass V'', l'album précédent, avait reçu des critiques dithyrambiques à sa sortie. Le groupe s'est donc quelque peu attardé pour lui trouver un successeur digne de ce nom.
Bien leur en a pris, car ce ''Mass VI'' est l'une des réussites de cette année 2017 en matière de de Sludge/Post Metal, avec l'album de leurs compatriotes Lethvm.
Le groupe, formé par le charismatique Colin H Van Eeckhout au chant, les guitaristes Mathieu Vandekerckhove et Lennart Bossu, le bassiste Levy Seynaeve et le batteur Bjorn Lebon, arrivé plus tard, a réussi à créer une musique inspirée et ce depuis leur premier essai en 2003 (''Mass I'').
Le groupe appartient au collectif de la ''Church Of Ra'' (comme Oathbreaker), dont les thèmes mêlent naissance et mort, lumière et ténèbres. L'artwork du groupe, signé par Stephan Vanfleteren, en est un parfait exemple.
Le quintet a fait confiance à Billy Anderson, producteur reconnu pour avoir notamment enregistré Eyehategod, Neurosis, Om ou Swans.

La musique d'Amenra va vous faire voyager aux confins des ténèbres et l'espérance !

Amenra a composé 6 titres, dont deux jouent un rôle d'interludes, en flamand (''Spijt'' et ''Edelkroone'').
Mais parlons plus précisément des véritables titres écrits dans le style si caractéristique et si personnel des belges.
Les riffs intenses, joués en tantôt en mid-tempo, tantôt plus lentement, rappellent ceux de ''Mass V''. Ces lignes de grattes lancinantes ont un pouvoir hypnotique sur l'auditeur, elles vous happent et vous épuisent. ''Children of The Eye'' en est un parfait exemple et va vous plonger dans un état proche du désespoir.

L'ambiance est tout simplement magnifique, car elle est un condensé de ténèbres avec quelques instants de répit où pointe la lumière.
C'est une alternance entre l'immonde, le désespoir et la délicate clarté, à peine perceptible, mais bien présente.
Cette dualité se retrouve aux niveaux des passages musicaux, où s'opposent parties Sludge intenses et parties atmosphériques plus calmes, mais également dans la voix, où se mêlent les cris désespérés et le chant tout en délicatesse de Colin. Le titre ''Plus Près de Toi (Closer to You)'' est un exemple frappant de cette coexistence entre passages accablants et atmosphériques.

La voix de Colin n'y est d'ailleurs pas pour rien dans la qualité des titres. Il transcende, en utilisant des cris écorchés et plaintifs qui vous donnent l'impression de tomber au plus profond du désespoir et au contraire, lorsqu'il utilise sa voix de manière mélodieuse, c'est presque l'espoir qui pointe son nez (''Plus Près de Toi (Closer to You)''). Le constat est le même sur ''A Solitary Reign'', où cette dualité est perceptible : le chant clair, mis en arrière plan contraste intensément avec les screams.

''Daiken'' clôture magnifiquement l'album sur une douzaine de minutes. Ce pourrait être le morceau type du groupe, celui qui permet de s'initier à la musique hermétique d'Amenra. Le morceau débute sur une intro en arpèges et rythmes martiaux, puis part vers des contrées plus lourdes, où le chant déchiré se fait entendre. Le tout se prolonge dans la dernière partie par une ambiance plus mélancolique, avec un final rythmé de riffs plus lourds afin que l'auditeur sombre définitivement.

L'album Sludge de l'année. L'attente de ce nouvel opus ne fut pas vaine, car Amenra a réussi à aller plus loin que ''Mass V'' dans l'inspiration.