MARILYN MANSON
Plus d'infos sur MARILYN MANSON
Suicide Rock
Chroniques

Heaven Upside Down
The Effigy
Journaliste (Belgique)

MARILYN MANSON

«Ô Grand Maître Vénéré ! « Heaven Upside Down », ta nouvelle oeuvre céleste, est digne des plus grandes divinités torturées, sombres et saturées ! Merci !»

10 titres
Suicide Rock
Durée: 48 mn
Sortie le 06/10/2017
4591 vues






Carm Ziofa
Journaliste




The Effigy
Journaliste




La Chronique de Carm Ziofa


Ô Grand Maitre Vénéré ! En Janvier 2015 tu nous avais ébloui par ton magnifique album « The Pale Emperor » avec des hymnes comme "Third Day of a Seven Day Binge" et « The Mephistopheles of Los Angeles" qui raisonnent encore dans nos oreilles.

Et après ta tournée qui s’en est suivi, durant laquelle tu as prêché la noirceur et la haine pour notre plus grand bonheur, tu as disparu. Alors, pour nous rassurer et entretenir notre foi envers ta musique sombre et torturée, nous avons ressorti les albums « Mechanical Animal » et « The Golden Age Of Grotesque » et attendu patiemment.

Et puis, début 2016, une lueur d’espoir a envahi nos cœurs de fidèles quand tu as annoncé que tu allais revenir. Alors, tu comprends bien qu’on y a cru ! « Say10 » était le nom de code tant attendu !
Seulement voilà ! Nous avons dû attendre encore plusieurs mois avant de pouvoir écouter ton nouvel évangile, « Heaven Upside Down », le Ciel à l’Envers !

Je te confirme ! Nous sommes totalement renversés ! Une fois de plus tu frappes encore plus fort ! Avec toi, il n’est pas nécessaire de nous auto-flageller avec un fouet chat à neuf queues. Non ! Il suffit de poser nos oreilles sur la hargne que tu déverses dès les premières notes de « Revelation 12 » : des grosses guitares saturées, des hurlements, une rythmique hypnotique et un refrain digne de tes plus grands oratoires. Oh oui Grand Maitre Vénéré ! Tu es enfin de retour !

On ne se lasse pas de t’écouter ! Comme d’habitude tes mid-tempo dénudés sont un régal comme c’est le cas sur « Tattooed In Reverse ». Tu n’oublies pas non plus de nous balancer des gros riffs crasseux dans le refrain de « We Know Where You Fucking Live » car tu sais qu’on aime ça ! Ca nous rappelle les incantations que tu nous récitais dans « Holy Wood (In the Shadow of the Valley of Death) ».

Mon corps est parcouru par des frissons de plénitude lorsque tu susurres sur le couplet de « Say10 » et mon âme se remplit de joie lorsque sur le refrain de ce même titre tu hurles sur un fond de guitares distorsées ! Tu es le seul à être capable de nous faire vibrer ainsi !

Nous sommes hypnotisés par les 8 minutes de « Saturnalia » : c’est sombre, c’est malsain, c’est tordu et en même temps tellement différent de ce que tu fais d’habitude, notamment au niveau du refrain ! Souhaites-tu nous embarquer vers une nouvelle dimension spirituelle ? Si tel est le cas, nous allons te suivre, Ô Grand Maître Vénéré !

Comment ne pas citer le magnifique « Jesus Crisis » qui constitue quelque part ton exutoire. Oui ! Toi aussi, tu as le droit d’évacuer le trop plein accumulé pendant toutes ses années ! Et c’est ce que tu fais à partir de 2mn20. Ton incantation est torturée et nous partageons avec toi la douleur qui t’envahit !

Et même si tu te fais plus doux sur « Kill4Me » ou « Heaven Upside Down », on te le pardonne car tu es notre sauveur universel ! Enfin, avant de conclure ce nouvel opus, tu nous offres un moment de calme avec « Blood Honey » parce que la méditation à base de miel sanglant est un rite qui nous parle : à la fois violent, à la fois doux ! Comme toi !

Alors bien sur, je n’oublie pas également de citer les apôtres qui t’accompagnent dans cette œuvre ultime : ton fidèle Twiggy Ramirez qui est revenu après une pause d’un album, Tyler Bates le guitariste qui t’épaule depuis deux albums maintenant et qui partage toute son expérience de compositeur de musique de films au bénéfice de la production de tes œuvres ainsi que ton fidèle batteur Gil Sharone.

Ô Grand Maître Vénéré ! Si tu savais combien de temps nous t’avons attendu ! « Heaven Upside Down », ta nouvelle œuvre céleste, est digne des plus grandes divinités torturées, sombres et saturées ! Soit assuré de notre fidélité éternelle !

La Chronique de The Effigy


Notre extravagant Brian Warner, l'américain extraverti, est de retour pour un dixième album d'anthologie. Rappelons nous les prémices de 1989. Certains éléments intéressants avec les Spooky Kids font leur apparition mais la cohérence sera atteinte quand Trent Reznor reprend le flambeau de la production du premier album « Portrait Of An American Family ». Marilyn Manson installera toute sa vision artistique, interprétant divers personnages au gré des sorties discographiques.

Le groupe connaît de nombreux changement de line-up dont le départ de John 5 qui sera le plus regretté de la part des fans. Certains albums marqueront un essoufflement de l'inspiration et reçoivent un accueil mitigé. L'après 2010 par contre voit le groupe remonter la pente et pour la troisième sortie de la décennie le sommet est de nouveau à portée de main avec un album se rapprochant des débuts, inspiré, varié et addictif. Prévu sous le nom de Say10 pour la Saint Valentin 2017, l'album voit finalement le jour ce 6 octobre sous le nom d'Heaven Upside Down.

Dès l'entrée de « Revelation 12 » nous retrouvons un son lié à l'industriel des débuts, même la distorsion vocale est mieux adaptée que sur les plus récent albums. Le titre ne donne pas dans la dentelle. Marilyn est énervé et le fait savoir. La révélation est pour nous. Un bon retour en force avec ce premier morceau. Un rythme lourd et appuyé sur une structure dénudée donne le ton de « Tattooed In Reverse ». Le chant est prenant, convaincant, Marilyn y croit et du coup l'auditeur aussi rentre dans le jeux. Les effets sont nombreux mais toujours disséminés pour laisser des temps blancs qui donnent l'ambiance générale du titre.

« We Know Where You Fucking Live » fait son entrée sur une montée jusqu'au premier refrain. Alternance entre couplets industriels très posés et déferlement sonore pour le reste. Nous retrouvons même des sonorités à la Stabbing Westward d'il y a vingt ans. Chuchotement sur boite à rythme et sonorité plongeant dans une ambiance inquiétante, « Says10 » se dote d'un refrain entêtant plus énergique. Marilyn joue souvent de ce contraste couplet-refrain. L'effet est garanti pour voyager dans le monde auditif déglingué de notre marionnettiste musical.

Une entrée style dandy qui rappelle le style Mechanical Animals pour ce hit en puissance qu'est « Kill4me ». Une tendance funky-pop donne un charme au morceau et la ligne de refrain se fera une joie de tourner en boucle en radio. Les sonorités plus anciennes sont particulièrement appréciables. Plus rare avec Marilyn, un long morceau de 8 minutes déboule sur notre platine. « Saturnalia » est d'emblée prenant avec sa ligne de basse-batterie et effets industriels. Malgré que l'ensemble tourne sur trois notes de base il n'y a aucun temps pour se lasser.

« Jesus Crisis » ressemble plus à un morceau classique du groupe. Refrain entraînant, break-refrain très lourd. Et un rappel au passé avec les voix d'enfants pendant ce même break. Aussi curieux que cela puisse paraître, la mélodie piano au départ de « Blood Honey » me renvoie au groupe français UNSEELIE. Nous sommes en présence d'un slow à la sauce Marilyn Manson et le cachet rend parfaitement l'ambiance. Beau et inquiétant à la fois, le titre est une réussite.

Le titre éponyme « Heaven Upside Down » est un mid-tempo moins violent et plus léger. Assez traditionnel dans son ensemble, il a le mérite de diversifier clairement l'ensemble des titres du disque. Le tout dernier morceau sera encore une belle surprise. Démarrant lourdement, « Threats Of Romance » s'épanouit avec une tendance Rythm and Blues. Le choix du piano et la mélodie des choeurs y est pour beaucoup. Un must pour les oreilles.

Ce nouvel album est la plus belle surprise que Marilyn Manson puisse nous offrir. Nous retrouvons cette patte particulière qui lui a permis de se faire une renommée. Un croisement entre Antechrist Superstar et Mechanical Animals avec une nouvelle bouffée d'air frais en plus. Il y avait un moment que nous ne nous étions pas autant régalé à l'écoute entière d'un album de Manson comme c'est le cas ici. Si vous aviez lâché le groupe ou si vous êtes un fan inconditionnel, un seul mot d'ordre, procurez vous l'album de toute urgence, il vous fera un bien fou.