The Book of Souls Live Chapter
Laurent Sage
Journaliste

IRON MAIDEN

«Maiden délivre un nouveau témoignage de son éternelle vitalité»

15 titres
Heavy Metal, NWOBHM
Durée: 101 mn
Sortie le 17/11/2017
4049 vues
Up the irons ! La Vierge de Fer nous propose son dixième album live (officiel) dont l'accent est mis sur le dernier album studio « The Book of Souls » avec six morceaux sur quinze.

Que dire sur IRON MAIDEN ? Le groupe jouit d'un statut iconique, remplit les stades et continue à composer des albums studio. Alors, me direz vous, quel intérêt pour un (encore) live album ?

Je suppose qu'au vu des longues tournées effectuées par le groupe, il s'agit d'un amuse-gueule avant le prochain opus studio pour faire patienter les fans.

Alors, justement, quid de ce « The Book of Souls Live Chapter » ?
On se retrouve d'emblée en Australie avec une foule enthousiaste dès que le voix de Bruce Dickinson attaque l'intro de « If Eternity Should Fail ». On imagine les musiciens arriver sur scène avec les clameurs s'élevant à leur apparition. Par la suite, Bruce déclame les premières paroles de la chanson et la machine Maiden se met en route. Imparable ! Le style inimitable de Steve Harris emmène tout le groupe sur un rythme mid-tempo qu'il affectionne.

Tout d'abord, je remarque que la production est impeccable. Tous les instruments sont mixés correctement et c'est justement une grosse différence avec l'album studio que j'ai trouvé particulièrement pauvre à ce niveau. Quand on a grandi comme moi avec des bijoux tels que « The Number Of The Beast » ou « Powerslave », on ne peut qu'être déçu par leurs dernières productions.

Suit le morceau « Speed Of Light », mon préféré de l'album, sûrement parce qu'il rappelle dans sa structure le « vieux » Maiden, plus hard que progressif. Les parties de guitare des trois acolytes sont superbes, avec une préférence pour Adrian Smith.

La suite de l'album voit quelques classiques joués au milieu des compositions de « The Book of Souls ». Vous y retrouverez l'hymne « Killers », toujours aussi efficace. Le chant de Bruce est nettement moins agressif que ce lui de Di Anno mais sûrement plus juste. Vous y retrouverez également son classique «  Scream for me ! », suivi de la belle réponse du public.

Bruce nous délecte d'une intro parlée en français (entraînement pour leur venue au HELLFEST ? ) car enregistrée au Canada pour « Children Of The Damned ». On savait le public sud-américain très chaud. La preuve en est donnée avec ce « Fear Of The Dark » de toute beauté car jouée en communion avec le public brésilien. Toute la puissance et la hargne d'un « Iron Maiden » joué en Argentine sont là.

Le premier morceau que j'ai vu en live de Maiden, « The Number Of The Beast » a toujours cette même puissance magnifiée par les parties de guitare du trio. Toujours un grand moment que cette chanson enregistrée au Wacken. Un petit «  Blood Brothers » repris en choeur lors du festival de Donnington, précédé d'un petit message de paix de Bruce.

L'album se clôt avec « Wasted Years », joué sur un tempo plus rapide que la version studio, ce qui prouve que le groupe en a encore sous la semelle.

Au final, cet album sera indispensable pour tous les die-hard fans de Maiden. Il représente un témoignage instantané du groupe et retrace très brièvement l'ensemble de sa carrière (à noter, aucun morceau de l'ère Blaze Bailey) et peut être un bon moyen de faire découvrir à votre petit cousin ce qu'est un vrai groupe live.

IRON MAIDEN
Plus d'infos sur IRON MAIDEN
Heavy Metal, NWOBHM