Inmazes
Morbid Domi
Journaliste (Belgique)

VOLA

10 titres
Post-Hardcore
Durée: 51 mn
Sortie le 16/09/2016
2611 vues
Actuellement sous forme de quatuor, Vola est un groupe de métal rock progressif Danois qui s'est formé en 2008.
Au niveau discographique, Vola possède à son actif 2 E.P. et rejoint le cercle très large des groupes ayant réalisé leur premier album officiel.

Si Mascot Label Group sortira cet album le 16 septembre, nous notons que les compositions ont été créées en 2014 et que les membres du groupe, suite à une recherche de financement participatif, dans une optique d'autoproduction, en avaient déjà assuré la diffusion numérique via Bandcamp en février 2015.

Les influences de Vola sont multiples, elles vont de Pink Floyd à Devin Townsend, en passant par Soilwork et Meshuggah. Les spécialistes qui ont approché ce band, évoqueront soit son aspect rock, soit son aspect métal, mais s'accorderont toujours sur la présence d'une dimension progressive.

Entrons ensemble dans l'univers d' »Inmazes »...
En ce qui concerne l'artwork, sans vouloir dénigrer le travail de Anders Thrane, si l'oeuvre m'apparaît plutôt liée au monde du Doom, sa symbolique semble évoquer un concept cher au groupe ; celui de tenter de garder sa propre liberté, une haute lucidité dans une conjoncture où tout est contrôlé à outrance, où il y a une forme d'aliénation à soi (la déliance accompagnement l'isolement social).

Tels des psycho-sociologues, nos Danois portent dans leurs lyrics, le postulat de la difficile quête du bonheur dans tout ce cadre de contrôle social de type policier et ses bien réelles dérives. Ils tentent alors d'aller plus loin, scrutant la prise de conscience psychique de ce mécanisme et ses impacts sur notre propre psyché. Leur approche est systémique puisque dans ce schème, ils s'intéressent également à l'impact direct de nos propres comportements sur l'entourage. Ainsi se créent les distances entre les gens. Leur musique est là pour nous donner des outils, nous permettre de nous élever et d'espérer une évolution plus positive. (Prendre conscience des aspects négatifs d'un mécanisme, permet d'entrevoir des pistes d'actions).

Du métal thérapeutique ?
N.D.L.R. : Que nenni !!! juste un univers propice au développement humain.
Pour tendre vers cette fin louable, les artistes mettent le paquet dans les moyens.

Les compositions sont très plaisantes. Nous sommes marqués par la douceur du chant d'Asger Mygind, disposant d'un très beau timbre de voix de type « New-wave » à la Howard Jones sur l'excellent « Owls », parfois avec aptitude à la plongée dans des espaces plus éthérés sur les excellents « Feed the creatures » et « Starburn », ou encore, dans une profondeur insoupçonnée à la Depeche Mode sur leur douce et somptueuse ballade « Emily ». Nous ne versons jamais dans la redondance. La puissance d'un chant plus agressif n'est pas laissée pour compte sur « Your Mind Is A Helpless Dreamer » où Asger nous apporte un moment grandiose.

Le jeu de clavier vous plongera dans une solide densité atmosphérique loin d'être indigeste : « The Same War » nous montre toute cette beauté dans la construction mélodique qui va à l'essentiel, sans ôter une once de qualitatif ; Tandis que le titre éponyme, véritable chef d'oeuvre de l'album, présente une superbe diversité musicale pendant plus de 7 minutes. La programmation électronique fait la part belle aux délicieux stimuli. Votre esprit en aura pour son argent.

Les petits moments plus agressifs apportent véritablement une plus-value sur l'ensemble, écoutez le début du déjà évoqué « Your Mind Is A Helpless Dreamer » comprenant un énorme refrain. Nous tombons ici dans une sorte de superbe néo-métal, hautement transcendé.

Felix Ewert, le batteur, nous montre une bonne et sobre conduite rythmique dans l'univers musical particulier du groupe, offrant un tempo souvent bien maîtrisé sur chaque morceau. Il n'en fait pas trop et J'aime beaucoup son apport de bon aloi sur l'excellentissime « Stray The Skies ».

Quant au bassiste, Nicolai Mogensen, il nous offre un jeu de velours, se gardant bien de lancer des grooves à tout vent, priorisant bien l'ambiance de cohérence globale, poussant davantage l'aspect mélodique, ce qui est tout simplement en parfaite concordance avec l'essence de l'album.

Vola se montre digne ambassadeur du Djent largement fusionné, montrant un très large panel polyrythmique.

C'est un album qui ravira les généralistes du métal et qui devrait séduire les musiciens parmi vous.
Il y a tant de richesse dans leurs compositions, sorte de parfait métal syncrétique.

En conclusion, avec cet « Inmazes», outre sa grande fraîcheur, Vola nous montre qu'il crée une sorte de brillant crossover, sublimant harmonieusement le métal rock progressif, le Djent et les ambiances électroniques ; le tout formant une ambiance hautement mélodique.

C'est un très bel album qu'il convient de découvrir au plus vite tant il vous donnera de très jolies sensations de pleine quiétude.
Et c'est un privilège de l'écouter.


Morbid Domi (Août 2016)
VOLA
Plus d'infos sur VOLA
Post-Hardcore