NONEXIST
Plus d'infos sur NONEXIST
Melodic Thrash/Death Metal

In Praise Of Death (EP)
Enora
Journaliste

NONEXIST

«« In Praise Of Death », un EP de haute volée où on ne sait plus où donner de la tête tant la batterie est puissante, les guitares virtuoses, la basse lourde et le scream renversant»

5 titres
Melodic Thrash/Death Metal
Durée: 22 mn
Sortie le 29/06/2018
391 vues

NonExist est un groupe suédois de Melodic Death/Thrash Metal formé en 2000 à l'initiative de Johan Liiva, member fondateur d'Arch Enemy. Il est rapidement rejoint par Johan Reinholdz (Andromeda, Skyfire, Dark Tranquillity (live)) à la basse et àa la guitare et Matte Modin (Defleshed, Dark Funeral) à la batterie. Dès 2002, leur premier album, « Deus Deceptor », sort, un an avant la séparation des musiciens qui s'investissent davantage dans leurs autres projets. Seul Johan Reinholdz maintient NonExist à flots. En 2011, il commence à écrire un second album, « From My Cold Dead Hands », pour lequel Johan Liiva revient chanter. En 2015, le chanteur quitte définitivement le groupe, laissant la place de frontman à Johan Reinholdz. Le groupe se composé désormais de Linus Abrahamson à la basse, Johan Aldgård à la guitare rythmique et Joakim Strandberg-Nilsson à la batterie. « In Praise Of Death » est leur nouvel EP, et il promet du très lourd !

J'ai Presque envie de dire que tout est dans le titre avec « Cancerous Disembodiment » puisque le groupe nous dévoile une chanson agressive et sombre qui tire sa force d'une batterie déchaînée, de riffs de guitare démoniaques et d'un scream angoissant, qui part sans peine dans des aigus à vous hérisser le poil ! La basse intervient ponctuellement pour ralentir la cadence, apporter davantage de relief et maintenir une ligne rythmique qui donne une furieuse envie de headbanguer. Avec « A Meditation Upon Death », le groupe nous offre un moment de pure démence tourbillonnante, et, dans le même temps, cette chanson semble moins chaotique que la précédente puisqu'elle s'appuie sur une solide ligne mélodique à la guitare. Johan Reinholdz et Johan Aldgård entraîne leurs camarades à leur suite dans une danse qui suit tantôt les codes les plus purs du Death Metal, et tantôt emprunte de nouvelles voies, plus morbides. Le combo Thrash/Death, toujours avec une vraie importance accordée à la mélodicité et à la virtuosité semble payer alors que « Dead Black Embrace » s'apprête à commencer.

Que ce soit mélodiquement ou rythmiquement, ce titre emprunte autant au Death, en particulier dans les sublimes lignes de guitare, qu'au Thrash, dans l'atmosphère générale et les riffs parfois rugissants, ou encore qu'au Black, avec la présence ponctuelle de choeurs quasi-mystiques et avec la batterie lancée à toute allure. Finalement, NonExist y trouve un équilibre qui permet de mettre en valeur chacun des éléments cités sans les étouffer dans cette composition presque baroque et diablement entraînante. « Bloody Carnal Sorcery » débute de manière plus sobre, à la manière d'un concerto classique où la guitare tient le premier rôle mais la batterie militaire de Joakim Strandberg-Nilsson ne compte pas rester au second plan. Sans avoir un timbre exceptionnel, le scream de Johan Reinholdz se révèle d'une efficacité à toute épreuve et parvient à s'imposer sur une ligne instrumentale très chargée et imposante. Vitesse et lourdeur sont les maîtres-mots de « Reduced To Ash », un morceau ouvertement plus Thrash qui conclut cet EP.

« In Praise Of Death » est un EP de bonne facture puisque sa petite taille permet d'apprécier plus justement les cinq morceaux proposés par NonExist qui se permet tout et multiplie les références jusqu'à nous offrir une création monumentale. On ne sait plus où donner de la tête tant la batterie est puissante, les guitares virtuoses, la basse lourde et le scream renversant.