SAMAEL
Plus d'infos sur SAMAEL
Black Metal (early), Electronic/Industrial Metal (later)

Hegemony
Enora
Journaliste

SAMAEL

«« Hegemony » est sans nul doute une des très grandes sorties de l'année et Samael signe ici un album de toute beauté !»

12 titres
Black Metal (early), Electronic/Industrial Metal (later)
Durée: 45 mn
Sortie le 13/10/2017
5662 vues

Entre leur tout premier EP, « Into The Infernal Storm Of Evil » de 1988 et aujourd'hui, Samael est un groupe qui a beaucoup évolué mais qui n'a cependant jamais cessé de gagner en popularité et en talent. On se doute que le virage Industrial Black pris par le groupe a fait grincer des dents, mais si vous n'êtes toujours pas convaincu, laissez-vous tenter par le magistral « Hegemony » !

Des cordes angoissantes sont l'ouverture du titre éponyme, presque instantanément rejointes par des guitares et une basse surpuissantes ! La voix, accompagnée de choeurs presque religieux se superpose à l'ensemble, avec des accents de Dimmu Borgir. L'association d'ambiance Sympho et Indus Black Metal est un franc succès ! Le morceau suivant, « Samael », met en avant une ligne rythmique plus entraînante et mécanique, renforcée par la voix à la diction très claire. Les riffs sont épiques et constituent une rupture musicale assez riche. « Angel Of Wrath » semble changer radicalement de direction et répondre au titre précédent mais il n'en est rien puisqu'on retrouve toujours cette alliance de la majesté du Black Sympho et de la rythmique de l'Indus. La composition est vraiment incroyable sur ces trois premiers titres qui annoncent déjà cet album comme l'une des plus grosses sorties du mois !

Le chant screamé retrouve des sonorités plus gutturales et caverneuses pour le morceau « Rite Of Renewal » où la ligne musicale demeure assez discrète et les guitares assurent une présence mélodique légère. « Black Supremacy » est une chanson violente et percussive qui se répète et tourne sur elle-même de façon démoniaque. Le tourbillon musical nous emporte sans qu'on puisse le combattre. Je retrouve totalement la force des compositions de Carach Angren dans « Murder Or Suicide », que ce soit dans les influences de la voix, dans la ligne rythmique, la présence marquée du piano ou tout simplement dans la folie qui se dégage du morceau. « This World » est un peu dans la continuation du morceau précédent puisque c'est une ambiance plus Black qui est privilégiée, bien que Samael ne laisse jamais totalement de côté ses rythmiques implcabales.

« Against All Enemies » débute dans une ambiance plus calme avec une ligne musicale minimaliste rejointe par la batterie qui assure une rythmique simple. La voix presque parlée vient s'ajouter à l'ensemble avant que les guitares ne viennent compléter ce tableau. Une masse sonore grouillante et vicieuse semble se développer et croître lentement. « Land Of The living » est un morceau plus contemplatif, si je peux le dire ainsi, mais je vous laisse l'écouter pour vous faire votre avis. Avec « Dictate of Transparency », on tombe dans une chanson plus rythmée avec néanmoins son lot de passages atmosphériques portés par des choeurs féminins. Un battement sourd se met en place sur le début de « Helter Skelter », accompagné par la voix et des cordes. Ce morceau est clairement le plus déroutant de l'album mais il dégage quelque chose de spécial.

« Hegemony » est sans nul doute une des très grandes sorties de l'année et Samael signe ici un album de toute beauté ! On ne saurait que trop vous recommander de vous plonger dedans et de vous laisser aller à l'univers musical si riche et personnel du groupe qui mêle avec talent Black Symphonic et Industrial Metal dans des compositions travaillées et intelligentes.