MOTIONLESS IN WHITE
Plus d'infos sur MOTIONLESS IN WHITE
Metal Core

Graveyard Shift
Enora
Journaliste

MOTIONLESS IN WHITE

«''Graveyard Shift'', un album très énergique aux visuels décalés qui ravage tout sur son passage : grisant»

12 titres
Metal Core
Durée: 48 mn
Sortie le 05/05/2017
1655 vues

Si le groupe est considéré comme un OVNI musical dans le paysage actuel depuis quelques années, mélangeant un style très actuel et un autre beaucoup plus sombre, Motionless In White a su conquérir le coeur de ses fans. Menés d'une main de maître par Christopher ''Motionless'' Cerulli (chant) en 2005, le groupe évolue entre Metalcore entraînant et Metal Gothique teinté d'Industrial. Si les autres membres fondateurs ont quitté le navire alors qu'ils étaient en pleine ascension, la guitare lead est assurée par Ryan Sitkowski, alors que la rythmique est entre les mains de Richard ''Ricky Horror'' Olson (guitare), Devin ''Ghost'' Sola (basse) et Vinny Mauro (batterie). Josh Balz (claviers) les a quittés peu après la sortie du dernier album, Graveyard Shift, que nous allons examiner ici.

On débute avec un titre connu depuis quelques temps par les fans, ''Rats''. Ce titre aux accents Electro a conquis la scène avec une rythmique aussi dansante que lourde, et fera probablement des ravages sur scène. Plus sombre que la précédente, ''Queen For Queen'' vous fera hocher la tête inconsciemment pendant les refrains, tout en savourant la voix de Chris qui est visiblement capable de pas mal de changements vocaux. Si ''Necessary Evil'' vous rappelle un peu l'ambiance de Korn, c'est probablement grâce à la présence de Jonathan Davis, et c'est un bonheur de voir que les deux univers s'imbriquent et s'influencent l'un l'autre, tout en espérant un jour voir en live ce moment.

''Soft'' porte très mal son nom, car les hurlements de haine déferleront tout au long de cette composition, alors qu'''Untouchable'' reviendra sur les accents plus atmosphériques du groupe. Leur capacité à utiliser des effets de voix donnent une autre dimension à ce titre, alors que ''Not My Type: Dead As Fuck 2'' tapera dans quelque chose de beaucoup plus direct et Electro. Le sampler introductif de ''The Ladder'' viendra défendre une rythmique torturée qui rappelle la rage de leurs débuts pendant que ''Voices'' s'imprégnera lentement dans votre esprit. La rythmique autant que les paroles sont destinés à rester graver là pendant un moment, mais le son clair de guitare au début de ''Loud (Fuck It)'' pourra peut-être vous sauver. Ce morceau, connu également des amateurs du groupe depuis quelques temps, est l'un des plus puissants de l'album, et ce bien que la voix claire soit prédominante.

Encore un titre que vous avez probablement entendu puisqu'il date de l'an passé, ''570'' a déjà fait ses preuves en live autant que sur YouTube. Sa rythmique dévastatrice en fait le titre à écouter pour se défouler. Motionless In White ne compte pas s'arrêter là avec ''Hourglass'' et ses accents Metalcore assumés, mais c'est ''Eternally Yours'' qui créera la surprise. Beaucoup plus froide que les autres titres, il suffit de regarder le clip vidéo pour comprendre son histoire. Egalement très personnelle, cette composition ponctuée de blasts vous fera probablement comprendre quelques éléments de l'univers du groupe.

Alors qu'ils sont en pleine ascension depuis leur premier album, Motionless In White semble avoir trouvé une sorte de recette qui leur assure une qualité constante au niveau des compositions autant qu'une reconnaissance qui s'accroît à chaque concert. Très énergiques et ayant pour atout leurs visuels un peu décalés, les américains ravagent tout sur leur passages sans oublier quelques touches de mélancolie. Un mélange grisant.