CREEPER
Plus d'infos sur CREEPER
Groove/Thrash Metal

Eternity, In Your Arms
The Effigy
Journaliste (Belgique)

CREEPER

«Cet album est bien meilleur qu'une tablette de prozac pour un effet bien plus positif ! à consommer pour améliorer votre humeur !»

11 titres
Groove/Thrash Metal
Durée: 36 mn
Sortie le 24/03/2017
5345 vues
Creeper nous vient d'Angleterre et plus exactement de Southampton. Le groupe est décrit comme jouant de l'horror punk, ce qui ne se situe pas vraiment point de vue musique mais plutôt au niveau thématique. Musicalement le groupe joue un punk rock actuel, voir même de la pop-rock au vu de la capacité de pondre des hits assez évident à la pelle. C'est en 2014 qu'il publie son premier e.p. « Creeper » en auto-production et commence à tourner en Angleterre. En 2015 Roadrunner Records signe le groupe qui publiera son second e.p. « The Callous Heart ». Creeper accumule les concerts et joue notamment au célèbre Download festival. En 2016 il sort son troisième e.p. « The Stranger » et annonce en fin d'année la sortie de son premier album pour 2017, dévoilant par la même occasion deux clips vidéos en deux mois tirés de ce disque à venir.

C'est un piano qui introduit le premier titre « Black Rain ». Le son est bien rentre dedans, les guitares sont propres, bien plus propres que le son que l'on attribuait au punk d'origine. Les couplets sont dans le typique du punk rock quand soudain le refrain ralentit et nous amène dans une beauté pop agrémentée de voix féminine. L'enchaînement avec l'énergique « Poison Pen » est direct. Le refrain reste aussi déchaîné que le couplet mais se dote d'une mélodie imparable. Le break très calme apporte un plus pour varier l'ambiance. Le titre suivant est le premier qui fût dévoilé l'année dernière. Pure punk rock avec refrain poppy comme les anglais savent si bien en créer.

« Hidding With Boy » conserve la recette du couplet rapide tranché par un refrain mid-tempo digne d'un hymne à faire chanter le monde entier. C'est frais, c'est joyeux, c'est beau et pourtant si simple. C'est dans ce genre de plans que le talent de composition du groupe se révèle de par son efficacité. Une guitare en son clean débute un « Misery » avant que le chant n'apparaisse de manière bien expressive. Ce titre lent permet une pause après les quatre premiers titres. Le groupe entier n'intervient que pour la fin du morceau, ce qui renforce cette complainte.

C'est un rythme plus joyeux qui lance un « Down Bellow » très léger. Les mélodies vocales sont toujours accrocheuses et le groupe surprend avec un break piano-voix rejoint par l'ensemble pour une prestation style comédie musicale. Un « Room 309 » survitaminé poursuit l'aventure de manière plus conventionnelle mais toujours aussi agréable. « Crickets » est un titre fragile de par sa voix féminine pas toujours très juste mais totalement convaincante. Les guitares acoustiques rejointes par moment par un violon donne un petit air irlandais à l'ensemble.

Le up-tempo réapparaît avec un « Darling » sautillant. Musicalement tout respire la joie et la bonne humeur. La même tendance se poursuit avec un « Winona Forever » à la différence d'un refrain plus saccadé et pop. L'album se clôture par un slow assez particulier, fragile par moment et orchestré de belle manière à d'autres instants.Une très belle fin qui démontre l'éclectisme du groupe.
A la fin de l'écoute de cet album, il faut bien avouer que malgré que le genre musical du groupe n'est pas celui que j'aime en général, j'en ressors plus que satisfait. C'est un bon travail, très bien construit et si pour moi c'est du pop-rock autant que du punk-rock, celui ci est de belle facture. Le groupe a assez d'audace pour exploiter différentes pistes musicales. Il nous crée des hits en nombre grâce à un sens de la mélodie accrocheuse. En bref, si votre humeur a besoin d'un moment positif dans la journée, n'hésitez pas à poser l'album sur votre platine. La guérison est garantie à 100% et c'est beaucoup plus sain qu'un antidépresseur.