Eat The Elephant
The Effigy
Journaliste (Belgique)

A PERFECT CIRCLE

«Un retour plus que gagnant pour A Perfect Circle qui nous submerge d'émotions tout du long de ce merveilleux voyage !»

12 titres
Rock Alternatif
Durée: 57 mn
Sortie le 20/04/2018
4485 vues
BMG (REPLICA)
Certains noms de groupes sont plus grands que les membres qui les composent. Dans d'autres cas, il en existe qui ne doivent qu'à la personnalité de leurs créateurs. C'est cette option que l'on se doit de retenir dans le cas de A PERFECT CIRCLE. Howerdel, fort de ses collaborations avec de nombreux groupes (NIN, Smashing Pumpkins, Guns'n'roses, Tool et Fishbone) se devait d'être créateur de sa propre musique. Sa première bonne décision est d'accepter l'aide de Maynard Keenan (TOOL) au poste de chanteur. Le premier album Mer De Noms publié en 2000 remporte un succès phénoménal et devient disque de platine quelques mois plus tard. En 2003, le groupe remanié publie Thirteenth Step qui se classe numéro deux des charts américains à sa sortie. L'album de reprises Emotive sort un an plus tard avant que le groupe ne rentre en hiatus jusqu'à l'annonce en 2010 d'un retour sur scène. Depuis lors quelques tournées et concerts sporadiques ont lieu mais enfin en 2017, après deux tournées plus conséquentes, APC annonce l'arrivée pour avril 2018, soit 14 ans après le dernier album studio, du tant attendu quatrième album (hors compilation et live).

Un son très cru pour la batterie, à l'ancienne, et un piano enrobé de réverbe légère sont les deux instruments d'entrée pour le titre éponyme. Nous comprenons d'emblée que l'ambiance sera primordiale pour cet album. Il fallait oser commencer en douceur dépressive ce nouveau disque mais que pouvions nous attendre d'autre d'un groupe aussi particulier que A PERFECT CIRCLE ? Une instrumentation enfin complète rejoint le piano, la batterie et la voix de Maynard pour le titre maintenant bien connu des fans depuis deux mois « Disillusioned ». Le titre passe par une flopée de variations, aussi bien creuses que rythmées. Il rassemble à lui seul nombreuses facettes du groupe.

Des sonorités électro-asiatiques dévoilent « Contrarian ». Si ce n'est pas une bande originale de film, ce titre en est le pendant tellement il exprime un nombre incessant d'images nous transportant dans notre moi intérieur. Le titre suivant enchaîne avec ce vieux son de grosse caisse qui nous amène un moment mélangé de tendresse et d'énervement. Ce « The Doomed » est assez envoûtant de par son étrangeté, des lignes de guitares hypnotiques tournant en boucle et le chant de Maynard qui encore une fois est plus que convaincant tellement il vit pleinement ce qu'il exprime.

« So Long An Thanks For All The Fish » parait joyeux au premier abord. Un aspect mélodique pas très éloigné des expériences menées par les Beatles en leur temps. Les voix triplée, quadruplée. Triturées par moment par la technique de mixage. Le titre possède comme tous ceux de l'album une structure bien à lui qu'il est difficile de suivre à la première écoute. Mais dès que l'habitude se fait, nous découvrons qu'il est un bijoux de plus de ce disque. Encore un titre déjà connu car dévoilé sur youtube par le groupe, « Talk Talk » prend beaucoup plus d'ampleur à l'intérieur de l'album que solitaire. Nous sommes vraiment face à un grand ensemble, un voyage qui ne devrait pas satisfaire à la coupure mais absolument se vivre en une seule traite.

L'emploi du piano et des cordes est assez prépondérant dans cet album. Il faut bien avouer que la voix de Maynard brille de mille feux lorsqu'il possède encore plus de place pour s'exprimer. Ce « By And Down The River » possède également une guitare rappelant les vieilles sonorités new wave qui apporte à l'ambiance alors que l'électrique a tendance à ramener vers plus de normalité. « Delicious » quant à lui malgré son charme indéniable renvoie vers ce que le groupe a de plus classique en terme de composition. Le titre n'a pas difficile de transporter l'auditeur puisqu'il est ici en terrain plus facile d'accès mais oh combien agréable.

Le titre court de l'album « DLB » est un interlude musical exécuté par le clavier qui nous place sur une fausse piste car l'on ne s'attend pas à la suite. Effectivement « Hourglass » va taper dans une modernité totale. Que ce soit les sonorités électro, les effets robotiques de voix, où la rythmique choisie, le phrasé digne des stars du R'n'B où encore la mélodie du refrain tapant dans le hit assuré, le groupe prend l'auditeur totalement à contre-pied. Et le résultat est plus que convaincant. Le morceau reste gravé dans la tête tout en étant des plus intéressant.

« Feathers » fera office de montagnes émotives alternant le calme et l'énergie. Une énorme réverbération sur la guitare aide à l'envol vers d'autres lieux alors que le chant restera assez normal par rapport à ce qu'il peut parfois nous offrir. La douceur vocale prend plus d'importance sur cet album et cet aspect est extrêmement bien exploité. Par contre voici le titre le plus long en clôture de ce trip APC. Nous pouvons dire sans hésitation que ce « Get The Lead Out » est une expérimentation de studio sans aucun doute. Mais encore une fois, la réussite est au rendez vous le voyage se terminant ainsi dans un domaine des plus iconoclaste.

Toutes ces années le groupe a réussi à ne jamais se faire oublier mais malgré tout, cette absence de sortie de nouveau matériel devenait lourde à porter pour les fans. Comme bien souvent, plus l'attente est longue et plus l'exigence grandi, ce qui peut faire monter la pression pour un groupe. Mais quand nous avons face à nous des esprits libres et créatifs comme Maynard et Howerdel, il n'y a pas de raison de s'inquiéter. Cette offrande est un des voyages les plus majestueux que le groupe nous ait concocté. A la fois plus posé, plus mature et plus calme, il est aussi le plus aventureux et celui qui exprime le plus de choses. Devant tant de savoir faire, nous ne pouvons que saluer et reconnaître le talent. Merci messieurs pour cette bien belle galette.
A PERFECT CIRCLE
Plus d'infos sur A PERFECT CIRCLE
Rock Alternatif