DSM
Shades Of God
Journaliste

DSM

«10 titres pour 47 minutes de Death Metal hors des carcans habituels qui, une fois apprivoisés se révèlent être une délicieuse baffe»

10 titres
Post Death Metal
Durée: 47 mn
Sortie le 01/12/2017
7032 vues

Ce cher underground français a encore de beaux jours devant lui, c'est une certitude. Une certitude qui se renforce quand on écoute le premier album des hexagonaux de DSM qui officient dans un registre qu'ils qualifient eux-mêmes de 'Post-Death Metal'. Quand on y regarde de plus près, on se dit qu'en effet l'étiquette n'est pas mal choisie tant le style est à la fois proche et éloigné de ce bon vieux Death Metal visité et revisité tant de fois.

Des riffs lourds, des blasts, des growls et un savoir-faire singulier, voici un substance les ingrédients de cet éponyme de DSM. Si effectivement on sent le côté Death Metal roots qui se dégage au travers de titres comme ''Graal'', ''Dirty Harry'' ou encore ''BBQ'', on note également que les Français n'hésitent pas à prendre des risques en se jouant des codes usuels pour donner naissance à un Death qui s'émancipent des stéréotypes. Basse très en avant, breaks à contre-temps ou changement de rythmes brutaux, DSM fait la différence dans la manière dont il exécute sa musique. Violent, maitrisé et imprévisible, ''Pwrslm'' est le titre qui peut-être, résume le mieux cet album avec plus de 7 minutes extrêmement convaincantes durant lesquelles DSM passe en revue ses influences et surtout sa vision du Metal Extreme. Il ne faut pas longtemps pour s'apercevoir qu'il se dégage quelque chose de particulier dans cet album et que DSM est créatif. Si au début on peut se sentir un peu décontenancé par le contenu de ce premier album, au fil des écoutes on découvre des subtilités et l'on comprend que les gaillards n'ont rien laissé au hasard. Le seul bémol étant que pour des non-initiés ou des profanes du genre, cette galette peut s'avérer difficile à comprendre tant le style est surprenant. Néanmoins nous n'allons pas reprocher à un groupe de prendre des risques et encore moins de sortir des sentiers battus. Saluons plutôt l'audace dont il fait preuve en ne limitant pas sa zone de confort et on élargissant les horizons.

Pour une première, DSM frappe fort et bien. 10 titres pour 47 minutes de Death Metal hors des carcans habituels qui, une fois apprivoisés se révèlent être une délicieuse baffe comme on aimerait en prendre plus souvent. La balle est désormais dans le camps des Français, espérons que ce premier épisode ne soit que le début d'une belle aventure.
DSM
Plus d'infos sur DSM
Post Death Metal