Drive through
Laurent Sage
Journaliste

ENRICO SARZI

«Un album AOR aux relents très intimistes»

11 titres
Rock
Durée: 53 mn
Sortie le 17/11/2017
556 vues

Après avoir passé 13 ans en tant que compositeur et chanteur ( sur quelques titres) pour MOONSTONE PROJECT et pour le groupe MIDNITE SUN, Enrico SARZI s'est décidé à sortir son premier album solo avec des compositions qui n'auraient pu figurer sur les albums des groupes précités agrémenté de chansons toutes fraîches.

Autant vous prévenir de suite, cet album est plutôt un album intimiste plutôt qu'un album de hard rock pur.On sent qu'il a voulu coucher en musique les émotions ou sentiments qui l'animent et à l'écoute, l'album est plutôt mélancolique. Peu de titres « électriques » mais un ensemble de chansons où Enrico fait passer au travers de sa voix les affres qui l'animent.

Comme par exemple sur la balade « Afraid to be myself » où guitare claire et piano rythment la chanson ponctuée d'un solo « minimaliste ». Minimaliste dans le sens où les quelques notes jouées le sont avec émotion.

Pour cet album il s'est entouré de ses anciens collègues de MIDNITE SUN. Enrico revendique une musique influencée par le hard rock anglais des 70's doublé d'une approche mélodique des années 80 mixé avec le seattle sound des années 90.

J'avoue, cela ne m'a pas paru évident à l'écoute de l'album (en tout cas pour ce qui concerne le son des années grunge) . Mais ce qui est sûr c'est que c'est un album d'ambiances. Sur «SOS to God »,on trouve des passages au piano suivis d'une montée en intensité avec des parties de guitare électrique, « Strange freedom » joué sur une grande partie à la guitare accoustique jusqu'à la montée finale à la guitare électrique juste après le solo de saxophone. Oui, vous avez bien lu, saxophone. Autant vous dire qu'il faudra être dans une attitude plutôt ouverte pour pouvoir profiter de la musique proposée par Enrico.

Les trois morceaux vraiment rock, avec riffs et guitares sont plutôt intéressants si l'on se laisse emporter par l'ambiance dégagée. « The repentant » morceau un peu « heavy » (par rapport au tempo), « Let me go », plutôt entraînant avec un refrain sympa, « Shameless » qui ouvre l'album avec de très forts relents DEEP PURPLE ( il y a même un peu d'orgue HAMMOND) auraient mérités d'être accompagnés de petits frères plus nombreux. Mais ce n'est qu'un avis personnel.

Il est vrai que pour pouvoir apprécier pleinement cet album, il faut plutôt penser album atmosphérique, une sorte de journal intime mis en musique. Si vous recherchez un album pour headbanger celui-ci ne fera pas l'affaire. Mais si vous êtes dans une veine mélancolique alors je pense que vous prendrez plaisir à découvrir l'univers de Mr SARZI.

A noter que l'album finit sur une chanson à l'émotion très forte, chantée en italien et accompagné d'une voix féminine. Mais loin du hard rock. Si vous êtes sensible, cette balade pourra vous toucher.