THE PLOT IN YOU
Plus d'infos sur THE PLOT IN YOU
Metalcore

Dispose
Chozo Tull
Journaliste

THE PLOT IN YOU

« ''Dispose'' est un bon album à la croisée de la pop et d'un metal fortement influencé par les avancées de Linkin Park revues à une sauce plus moderne.»

10 titres
Metalcore
Durée: 34 mn
Sortie le 16/02/2018
967 vues
FEARLESS RECORDS


The Plot In You est un groupe de metalcore qui nous vient de l'Ohio et que l'on ne peut plus trop qualifier de ''jeune'' avec déjà trois albums à leur actif depuis 2010. Leur quatrième opus, ''Dispose'', sort bientôt chez Fearless, et si vous aimez le rock/metal radio-friendly des 90's américaines, vous feriez bien d'y jeter une oreille.

Oui parce que même si le groupe est classé metalcore, une écoute de ''Dispose'' permet de mesurer le chemin parcouru depuis 2010 et l'omniprésence de ce genre aux US, qui a maintenant pas mal perdu de terrain. Sur ''Dispose'', The Plot In You sonne comme un groupe de metalcore qui a beaucoup écouté Linkin Park et qui leur a notamment emprunté leur sensibilité pop. Amis de l'underground, du torturé et du conceptuel, passez votre chemin : ici, la formation donne dans le format court (34 minutes au compteur sur 10 titres soit 3:30 en moyenne par morceau) et dans l'efficace. Les mélodies sont accrocheuses, les refrains donnent souvent dans le grandiloquent, bref, on cherche l'adhésion immédiate d'un large public. A noter que la production du CD, si elle contient son lot de compression et de brickwalling (on ne change pas l'air du temps ...), offre quand même de beaux moments. Les arrangements sont bien pensés et donnent plus de profondeur que ce à quoi l'on pourrait s'attendre dans ce genre et au vu de la durée des morceaux.

Mais alors, quid desdits morceaux ? Sur ''Dispose'', The Plot In You oscille entre deux pôles : le metal post-Linkin Park aux gros riffs dans les graves et au chant screamé, et les ballades clairement pop. ''Not Just Breathing'' et ''Feel Nothing'' offrent de bons exemples du côté metal griffu tandis que ''I Always Wanted To Leave'' et surtout ''The Sound'' donnent dans la ballade pop rock aux guitares clean et au chant en voix claire et aux maniérismes style Chester Bennington. Au milieu du spectre on trouve aussi un son emo-mainstream typique des années 2000 - sans donner dans des riffs à la Green Day/My Chemical Romance, TPIY a dans la voix de son chanteur et dans les paroles un côté adolescent qui ne plaira pas à tout le monde. Mais l'on ne peut nier que ce que le groupe fait, il le fait bien : les sons sont assez variés -on notera les percussions électroniques en ouverture de ''One Last Time'', et les accents symphoniques dans le refrain, ou encore le morceau ''Happy'', sorte de ''Fitter Happier'' de Radiohead revu à la sauce metal moderne : soundscape pseudo-industriels et voix manipulée. Un pic d'intérêt inattendu qui montre que le groupe n'est pas à sec d'idées. On retrouve ce petit côté indus (passé dans l'ADN des groupes de rock US par NIN et Manson) dans le morceau d'ouverture, ''Rigged'', probablement l'un des plus rock de l'album, un midtempo heavy qui fait son petit effet.

Au final, on regrette un peu la durée de la galette : je préfère (et de loin) un album trop court à un album trop long, mais il faut avouer que ce ''Dispose'' aurait pu être un peu remplumé d'une ou deux cuts supplémentaires, car en l'état, le disque a un peu de mal à trouver son équilibre en metal et pop. Estimons-nous heureux malgré tout que le groupe ait préféré la qualité à la quantité et n'ait pas succombé à la tentation de l'album de 59 minutes aux 15 pistes invariablement répétitives. Il s'agit au final d'un bon petit album qui rappellera leurs années lycéennes à certain-es d'entre nous.