Diary Of A Creep - EP
Maitre Jim
Journaliste

NEW YEARS DAY

«5 reprises + 1 compo pour le nouvel EP des Californiens»

6 titres
Durée: 22 mn
Sortie le 18/01/2018
5044 vues

New Years Day est un groupe de goth /heavy rock / métal originaire d'Anaheim, en plein coeur d'Orange County, en Californie. Ayant acquis sa notoriété sur MySpace et lors du festival itinérant Vans Warped Tour (la must des tours !), le groupe a été assez actif en studio, puisqu'il compte 3 albums et 3 EP, en 9 ans de carrière. Pas mal, surtout avec autant de changements dans le line-up, où seule la chanteuse est restée depuis le tout début.


Aujourd'hui, NYD revient avec un EP de chansons reprises à leur sauce métal / rock : Diary of a creep. Il tenait vraiment à coeur à Ash Costello, la vocaliste de se faire ce petit plaisir et de le partager. Et c'est du côté de Pantera, No Doubt, New Order, Linkin Park et Garbage que le groupe a pioché les titres qu'ils voulaient revisiter ; quel programme alléchant ! A noter également le morceau d'ouverture, qui est en fait, une compo du groupe.


1ère écoute et welcome back dans les 90s. Musicalement, on sent bien l'influence de Los Angeles et de sa banlieue tentaculaire sur les 6 titres. Disgust me est un morceau agréable et passe-partout (riff et batterie heavy, chant bien posé) qui figurerait bien dans un sound-track de films avec des voitures, des explosions et des méchants. En ce qui concerne les covers, le rendu est également divertissant et facile à écouter. Les morceaux, bien connus des rockers et metalleux sont plutôt bien réappropriés et passés à la moulinette nu métal + rock + fond d'électro des Californiens. Tantôt plus mainstream (Fucking hostile), tantôt plus heavy (Bizarre love triangle et Don't speak), et limite plus pop et moins dark (Only happy when it rains) que les originaux, les reprises sont sympatoches. Voilà. Ah oui, j'oubliais Crawling. Je pense que vous pouvez aussi…


Diary of a creep vous fera passer 22 minutes divertissantes. Les morceaux sont agréables, il faut le reconnaitre. Mais rien de transcendant, soyons réalistes. Ce n'est jamais évident de reprendre des titres connus et de les sublimer : l'exercice est périlleux. Ceci dit, les covers sont toujours un bon moyen d'amener un public à s'intéresser à ses propres compos ou à remonter aux originaux. Les fans attendront peut-être le prochain album. Moi je retourne à Pantera…