SATYRICON
Plus d'infos sur SATYRICON
Black Metal
Chroniques

Deep Calleth Upon Deep
Herger
Journaliste

SATYRICON

«Un album de Satyricon en forme mais pas le meilleur. Probablement une nouvelle ère pour Satyr et Frost !»

8 titres
Black Metal
Durée: 43 mn
Sortie le 22/09/2017
3527 vues
Ce groupe je le connais depuis belle lurette. Depuis son album ''Nemesis Divina'' et la vidéo culte de '' Mother North''. Mais depuis cet opus, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts. Parti d'un Black Métal typique de la scène Norvégienne (cf. le split avec Enslaved et son ''Dark Médiéval Times''), Satyricon s'est progressivement dirigé vers un Black plus moderne et personnel. Les deux hommes derrière ce projet sont Frost le batteur et Satyr le chanteur et guitariste du groupe.

Il nous a fallu attendre quatre années entre le précédent opus, ''Satyricon'' et ce nouveau ''Deep Calleth Upon Deep''. Cette dernière production est un condensé de haine et d'idées sombres et malsaines. Cela est probablement du au fait que Satyr a appris durant enregistrement qu'il était atteint d'une tumeur. Enregistré entre la ville norvégienne de Bergen et Vancouver au Canada, ''Deep Calleth Upon Deep'' a été mixé par Mike Fraser, déjà présent lors de l'enregistrement de ''Now, Diabolical'' en 2006.
Concernant l'artwork, le groupe a choisi une oeuvre de Munch, auteur de la célèbre toile ''du Cri''.

L'atmosphère qui se dégage tout au long de ces quarante trois minutes est sombre et lugubre comme si Satyr sentait que la fin était proche. Une sorte d'épitaphe. A l'écoute du titre ''To Your Brethren In The Dark'', on ressent fortement cette ambiance. Je pourrais citer tout autant ''The Ghost Of Rome'' et ses chants proches de la folie, dans un style lyrique.

Les lignes de guitares sont la plupart du temps un mélange de riffs rapides, d'autres plus lents et d'autres plus saccadés, entrecoupés de cassures. Le groupe aime varier les tempi dans un même morceau pour créer cette ambiance lugubre et froide. ''Blood Crack Open The Ground'' est un très bon exemple car on y trouve des passages en mid-tempo, d'autres plus rapides voire parfois ''black rock n roll'' ou Rock Progressif avec des breaks et des changements fréquents. C'est un style qu'affectionnent Satyr et Frost. Rien de nouveau sur ce plan !

Comme à l'accoutumée, Frost fait des merveilles derrière ses fûts. Son jeu fait d'expérience, de technique et de puissance en font un des meilleurs de sa génération et un exemple à suivre. Pour vous rendre compte de son boulot, jetez une oreille à ''Black Wings and Withering Gloom''.

Et puis les ''screams'' monocordes voire monotones de Satyr ne sont pas étrangers à l'ambiance lugubre que l'on ressent tout au long de ce ''Deep Calleth Upon Deep''. Satyr a même incorporé à son Black Métal un chanteur lyrique sur le titre éponyme.

Du côté des aspects moins bien réussis, je note le côté cacophonique du saxophone de Kornstad Hakon sur le titre''Dissonant'' dans une veine qui me fait penser à la musique tzigane ou au free jazz.

Cet album a été écrit dans une période charnière pour Satyricon. ''Deep Calleth Upon Deep'' est un bon album pour ce groupe sans concession mais certainement pas le meilleur. Jetez une oreille et faites vous votre idée. Encore un album qui va déchaîner les passions.