LOVELORN DOLLS
Plus d'infos sur LOVELORN DOLLS
Electro Rock / Modern Rock

Darker Ages
The Effigy
Journaliste (Belgique)

LOVELORN DOLLS

«Pour son troisième album, Lovelorn Dolls explore sa face sombre d'une manière toujours aussi efficace !»

10 titres
Electro Rock / Modern Rock
Durée: 39 mn
Sortie le 09/02/2018
2764 vues
Il y a déjà huit ans que Krystell Lowagie et Bernard Daubresse ont fait alliance sous les noms de Lady Hell et Corpus Christi. Très rapidement un premier e.p. démo « An Intense Feeling Of Affection » voit le jour sous le nom de Lovelorn révélant un grand potentiel de mélodies efficaces et directes. En 2013 le premier album du groupe « The House Of Wonder » confirme tout le bien que l'on pense d'eux. 2014 verra la sortie du e.p. « The Thrill » et du second album « Japanese Robot Invasion ». Après la parution en 2015 de l'e.p. « Happy Valentine », le groupe ralentit un peu la cadence. Le retour se fait en 2017 avec l' e.p. « Lament » qui annonce ce troisième et nouvel album « Darker Ages ». Plus sombre, plus tourmenté, cette nouvelle sortie est une thérapie tant pour le groupe que pour l'auditeur qui se voit prit par une foultitude de sentiments à l'écoute de ce nouveau petit bijou.

Ambiance sombre et lourde pour le premier titre « Darker Days ». Le premier choc ressenti vient de la voix utilisée, le ton est donné, l'angoisse est bien présente et ce timbre écorché mélangé aux lignes de chants clairs apporte quelque chose de nouveau dans le propos de Lovelorn Dolls. Malgré tout, la patte du groupe est reconnaissable entre mille. Le titre suivant « Dead Sea » ne va pas vous faire sauter de joie. Au contraire la profondeur de déprime musicale se marque encore plus. Moins agressif que le titre d'entrée, il se veut plus mélancolique dans l'impression ressentie. L'accroche mélodique fait toujours merveille et la voix de Lady Hell envoûte l'auditeur dès les premières lignes de chant.

Le titre « Lament » s'était fait découvrir en fin d'année dernière en annonce de l'album. Nous sommes ici en présence d'un tempo plus relevé et d'une configuration plus dansante malgré l'atmosphère toujours aussi sombre. Les passages parlés se confrontent bien avec les refrains accrocheurs. Les sonorités plus calmes sont de mises pour les couplets de « Shining Star ». Le ronronnement de la basse mène la danse en dessous d'une voix toute en douceur. Les refrains malgré une puissance plus marquée resteront tout aussi doux. Une construction de morceau toujours classique mais qui atteint son but, on en redemande.

« Happy Endings » déploie ses nappes vst tout du long pour le grand plaisir de nos oreilles. Les pistes vocales doublées dégage une beauté étrange avec ce refrain répétitif qui vous restera en tête pour le reste de la journée. Plus rock mais toujours électro, « Psalms » apporte une autre variante à l'album qui n'est pas pour nous déplaire. Nous constatons toujours cette faculté qu'à le groupe à pondre des singles potentiels. Il en a été comme cela depuis le tout début, et malgré un choix artistique bien plus noir, les compositions ont gardés ce potentiel jusqu'au bout.

Une sonorité présente sur « Love Missile » me renvoie aux années 80's, le titre prend facilement l'esprit de l'auditeur encore et toujours. Trois notes de guitares qui font mouches sont bien plus hypnotiques qu'un déboulé inutile, et le titre le prouve, bien soutenu par une très bonne mélodie vocale. « Maniac Girl » avec ses percussions style bongos, ses notes de synthés entêtantes, ses riffs marqués par passages nous offre un voyage encore différent. L'alternance de moments plus vides dans le son renforce bien l'arrivée des refrains pour un rendu optimal.

Plus surprenant et peut être bien le hit le plus évident, « Legenda Natura » ramène des ondes positives après le périple vécu jusqu'ici. Des saccades de guitare apportant encore une touche différente au groupe se marient avec un chant de refrain assez inhabituel pour Lovelorn Dolls. Mais pour ce qui est de s'implanter dans votre cerveau, c'est la réussite totale. Certainement le coup de coeur de l'album malgré que l'ensemble peut être considéré également comme un coup de coeur. La conclusion de ce nouveau disque reste également plus positive dans une pure lignée de composition Lovelorn agrémentée d'un choeur d'enfants pour une très belle dernière accroche.

Si il y a un unique regret à mettre sur cet album, ça ne sera pas imputable au groupe mais aux moyens financiers qui pourraient assurer une production sonore optimale pour des titres qui le méritent amplement. Chaque titre apporte une claque dans la catégorie single et l'on ne peut s'empêcher de penser au pouvoir qu'ils posséderaient si l'occasion leurs était donnée d'être emballés dans les standards actuels des grosses productions. Quoi qu'il en soit, la qualité est au rendez vous et c'est un grand plaisir d'avoir à chroniquer un disque intéressant du début à la fin. Un seul conseil si vous aimez le dark électro-métal , n'hésitez pas une seconde.