Change Your Position
The Effigy
Journaliste (Belgique)

TAX THE HEAT

«Le bon parfum d'un rock bluesy ancien remit au goût du jour ! TAX THE HEAT mérite le détour avec ce bien bel album !»

121 titres
Rock 60's, Stoner
Durée: 41 mn
Sortie le 09/03/2018
4013 vues
C'est en 2013 à Bristol, Angleterre, que le chanteur-guitariste Alex Veale et le batteur Jack Taylor se lancent dans la création d'un groupe classic rock bluesy. Tax The Heat sera au complet avec l'addition du bassiste Antonio Angotti et du guitariste JP Jacychyn. Suite à de multiples jams sessions, le groupe enregistre un premier e.p. éponyme sous la houlette de Chris Goss (MASTERS OF REALITY). Viennent ensuite les tournées en Europe, le contrat avec Nuclear Blast et un tout premier album Fed The Lions qui sort en 2016. Ce dernier se classe dans le top 100 des charts anglais. Le groupe assure des premières parties dans toute l'Europe avant de regagner de nouveau les studios pour nous offrir cette seconde galette : Change Your Position !

Accords secs sur coups brefs de batterie, « Money In The Bank » porte une sonorité proche des années 70's dotée de la puissance actuellement en vigueur pour appâter le chaland. Ce titre d'entrée est bien lourd et ne dévoile pas nécessairement la suite de l'album qui se montre plus enjouée dès le titre phare « Change Your Position » placé en seconde piste. Nous sommes alors plongé dans un rock buesy bien remuant du popotin. Le groupe n'hésite pas à employer de vieux effets qui se montrent particulièrement efficaces pour donner une teinte toute particulière au son de l'ensemble.

Un riff et des à-coups amène un « Playing With Fire » qui tape dans le classique le plus pur du rock. La montée dans le refrain se joue de la déstructure, les notes se rajoutent parcimonieusement sans attirer l'attention de l'auditeur. Le titre est assez astucieux dans sa conception. Un rythme groovy et un ensemble bien assortit de basse et guitares bourrés d' effets font un bel enrobage à « All That Medecine ». Un esprit tiré de la soul musique teinte légèrement le rock costaud du titre.

Accélération avec des couplets up-tempo contrebalançant des refrains rappelant un vieux Black Crowes. « On The Run » se dote d'un bon solo et se clôture rapidement suite à un dernier refrain reprit une fois seulement alors qu'il aurait pu être exploité à l'envi. Quand le groupe décide de passer par le mode romantique, il nous crée un morceau d'anthologie. Hyper bien travaillé, un refrain pour ravager les coeurs, « The Last Time » est un petit bijou dont on ne se lassera jamais. La mélodie tourne en boucle, que ce soit la version chantée où la version reprise par les guitares.

Retour en force avec un riff d'enfer. Le très rock dansant « Taking The Hit » est un hit puissant, le chant passant par les aigus est assassin, les mouvements de rythme et les lignes doublées sont d'une efficacité redoutable. Malgré un grand nombre de titres bien torchés sur cette galette, certains sont en haut du panier comme celui-ci. Plus simple dans sa conception « My Headspace » est enjoué par sa vitesse. Malgré que l'originalité fait défaut, le titre apporte son moment de plaisir notamment avec ce refrain très chantant.

De bonnes lignes de guitare, des roulements de toms, « We Are Consumers » peut laisser espérer un super morceau mais il ne décollera jamais vraiment. Il n'en reste pas moins un bon titre mais rate le coche du niveau supérieur. « Cute Your Chains » accélère le tempo tout en restant plus du côté blues. Le break n'apportera rien de plus, laissant le morceau se dérouer sans réelle surprise. Le moment reste sympathique ce qui n'est déjà pas mal.

Plus lent, plus lourd et bien rock, « Wearing A Disguise » est superbe dans ses mélodies. Le genre de morceau où persiste un regret quand il prend fin. Ce single potentiel montre toute les qualités de composition du groupe. Une qualité qui allie une belle capacité des musiciens sur leurs instruments mais aussi le sens profond de pourvoir toucher l'âme de l'auditeur. Voici venir le tout dernier titre, « The Symphony As Begun ». Il ne rajoutera rien de plus mais se dote encore une fois d 'un très bon refrain.

Plusieurs constatations sont à faire après l'écoute de cet album. La première étant que malgré le choix d'une musique où tout a déjà été dit, TAX THE HEAT se crée un son bien à lui et il y a espoir que pour les prochains albums cette marque de fabrique se renforce, rendant ainsi le groupe unique dans le genre. Deuxièmement, malgré certains passages plus stéréotypés, le groupe fait preuve d'inspiration à quasiment tout les coups. Le sens de la mélodie marquante est bien développé et bien géré pour notre plus grand plaisir. Cet album ne possède rien à jeter malgré quelques moments moins mémorables. Nous retenons surtout que la majorité des titres sont des tops et nous plaisent énormément. Bien joué les gars, vivement le prochain !
TAX THE HEAT
Plus d'infos sur TAX THE HEAT
Rock 60's, Stoner
Chroniques