BLINDING SPARKS
Plus d'infos sur BLINDING SPARKS
Metal Alternatif

Brutal Awakening
Elisa
Journaliste

BLINDING SPARKS

«Cet opus est incontestablement un O.V.N.I., original et unique. Le groupe met la barre haute en proposant un mélange de style innovant ! »

13 titres
Metal Alternatif
Durée: 45 mn
Sortie le 08/12/2017
684 vues

Tout débute en 2009, date à laquelle quatre français dont Jérémy Conrad au chant, à la guitare et aux claviers, Johanna Flauder au chant, Nicolas Kieffer à la batterie et Claude Hilpert à la basse et à la guitare forment Blinding Sparks. « Brutal Awakening » est le deuxième opus du quatuor faisant suite à « Renaisance Insipide » publié en 2016. Cet album montre une large palette de genre entre le Post-Rock électronique voir même parfois totalement dans le Death.

L'album démarre avec « Don’t Need A Name », featuring Laurent Bàn, connu pour ses comédies musicales (Notre-Dame de Paris, Le Petit Prince, etc…). Les voix sont vocodeurisées, masculines et féminines, rythmées par de gros solos façon Heavy Metal à la fin des refrains extrêmement entraînants. C'est visiblement une belle entrée en matière pour ce premier morceau. « Arch », le titre suivant, est plutôt groovy et parfait pour headbanger. Les synthés donnent des refrains mélodiques qui contrastent avec les couplets en chant saturé plutôt brutaux. Chant que l'on retrouve dans le très coloré “My Dog Will Piss On You” qui sonne étonnamment Punk avec une partie Rock Mélodique lors des refrains avec également des solos façon Heavy Metal.

Changement d'ambiance à partir de « Deathbeds ». Il s'agit d'une chanson bien plus posée et calme, avec les deux voix cleans, une guitare sèche, une batterie saccadée et un synthé reproduisant violon, très mélancolique. De la voix saturée à la fin du morceau se dégage le chagrin et la douleur.

Sur les mêmes traces, ceux de la tristesse et de la peine, « À Trois » est chanté entièrement en français. Le rythme est aussi posé, la batterie calme et seule dans les couplets puis accompagnée de piano à la moitié du morceau. Lors des refrains les guitares saturées prennent le relais. Les paroles nous dévoilent une dystopie romantique. Nous comprenons que le protagoniste ne croit plus à son mariage. Il raconte comment il s'est évadé de son train train quotidien, de l'ennui. La voix féminine se calant sur certains passages du morceau insiste sur ces derniers et semble vouloir récupérer le personnage… Derrière celà, « In Front Of My Mirrors » est une autocritique jonchée de growls et de solos. Et lorsque le rythme s'accélère il nous entraîne dans toute la tourmente de l’individu, dévoilée tout aussi bien dans « The Useless Fate », le titre suivant.

Écartons nous maintenant de l'asthénie de ce milieu d'opus par « For An Eternal Rest », très rock et plein de peps. Puis changeons complètement de registre avec « I Fuck It », très puissant et déchaîné mélangeant du Death sur le couplet et du MetalCore sur les refrains. Survient alors de nulle part un pont en français très sombre et berçant. La même obscurité se dégage de « A Tough Road For The Heart », le scream, la guitare et la double pédale percent la délicate mélodie de la boîte à musique présente en fond suivant celle du synthé.

« The Straight Line » en featuring avec Océane Thomas (chanteuse youtubeuse) est un véritable condensé de brutalité électronique dans le même esprit que « I Fuck It ». L'opus se conclut par un titre calme, « The Last Song » et son répétitif « this is not the end ». Affaire à suivre…

Avec « Brutal Awakening », les français de Blinding Sparks nous délectent de titres riches en émotions. Cet opus est incontestablement un O.V.N.I., original et unique. Le groupe met la barre haute en proposant un mélange de style innovant !