Big Tings
Enora
Journaliste

SKINDRED

«« Big Tings », un album dont l'excellente qualité ne fait que mettre en exergue les morceaux plus décevants ; néanmoins Skindred continue de nous offrir de sacrés moments de Groove !»

10 titres
Rock
Durée: 39 mn
Sortie le 27/04/2018
1889 vues

J'aurais un peu de mal à le croire mais peut être ne connaissez-vous pas Skindred, groupe de Ragga-Metal, selon une appellation couramment développée, formé en 1998 de l'autre côté de la Manche ? Et bien leur septième et nouvel album vous offre l'occasion rêvée de les découvrir, prêts à danser ?

La rythmique dansante du premier morceau, qui est d'ailleurs la chanson éponyme de ce nouvel album, est tout simplement parfaite selon moi. La composition reste légère, se fondant surtout sur le beat rythmique qui sous-tend l'ensemble du titre. Quelques choeurs et la voix chaudes et énergiques de Benji Webbe suffisent à en faire un vrai délice ! Skindred semble continuer à canaliser son flot débordant d'énergie, proposant à chaque fois des morceaux plus fins mais tout aussi explosifs que les précédents. « That's My Jam » est un morceau plus sombre et moins trépidant, bien que rien ne pourrait séparer le groupe d'une rythmique unique et terriblement ancrée dans leur âme. On met de côté les références purement Ragga pour emprunter au Rock/Electro et le mélange, plus doux, prend bien (mais rassurez-vous, on ne retient jamais bien le chanteur !) avec les choeurs féminins évoquant presque des cheerleaders. Au contraire, « Machine » a quelque chose d'assez nostalgique et rappelle fortement les morceaux plus anciens du groupe avec les guitares qui retrouvent une place plus importante et font jeu égal avec la batterie. Un break bien senti arrive à point nommer pour tirer encore un peu plus la rythmique en arrière, s'en suit un passage très old school mais réellement séduisant où rythmique et voix se répondent sur un nappe discrète de clavier dans un style plus que traditionnel que Skindred maîtrise !

Avec « Last Chance », on renoue avec le côté groove et entraînant du groupe. Les choeurs féminins ont ici quelque chose qui peut évoquer des groupes purement Rock comme The Shoes pour ne citer qu'eux. Néanmoins, cette chanson est celle qui me parle le moins depuis le début de l'album, peut être est-ce parce qu'elle s'éloigne plus de ce que je connais du groupe. « Tell Me » détonne par sa douceur et sa lenteur presque somnolente. Entre berceuse et balade Electro, le groupe nous promène et nous perd jusqu'à un passage plus rythmée mais qui demeure contrôlé avec un aspect teenage song si je peux m'exprimer ainsi ! Ne serait-ce que pour la surprise, allez écouter ce morceau, il vous convaincra sûrement ! Le jeu de question-réponse que la basse et la guitare nouent au tout début de « Loud And Clear », rapidement accompagnée d'une batterie plus que tréssautante a tout pour plaire. La voix est un peu mise en retrait mais la qualité rythmique est telle qu'on se laisse porter par ce titre, pas fondamentalement agressif mais tellement sensuel et dansant… Ne faîtes pas semblant, on sait tous qu'on danse sur du Skindred ; j'en ai vu pas mal d'entre vous se déhancher sur leur performance au Hellfest !

Pour le coup, je vais émettre de vraies réserves sur « Alive ». Le titre n'apporte rien de spécial à l'album et recycle des éléments de compositions déjà entendus. L'atmosphère n'a d'ailleurs par « la patte Skindred » qui me séduit tant habituellement. Passons. Avec « All This Time », le groupe renoue une nouvelle fois avec ses racines Ragga-Metal brutes et sans concessions mais quelques passages plus mélodiques prouvent qu'ils continuent à gagner en maturité et à affiner leur style. Après la petite frayeur d' « Alive », je suis bien contente de les retrouver. La voix de Benji Webbe est endiablée, le break est superbement mené et le clavier apporte une petite touche sympathique. L'invocation quasi-mystique qui ouvre « Broken Glass » permet de souffler un peu avant de retrouver une rythmique légère que la guitare assure autant que la basse et la batterie. L'ajout de percussion ajoute une énergie joyeuse et légère en fond sonore, un choix judicieux qui ne gâche en rien la force du morceau qui s'insinue en nous. Le dernier morceau « Saying It Now » prend la forme d'une balade aux influences Rock sudiste et avec quelques sonorités presque orientalisantes. Le titre n'est pas indispensable mais permet de sortir en douceur de l'univers entraînant de Skindred.

« Big Tings » a tout pour réussir mais l'excellent niveau général de l'album fait malheureusement ressortir les quelques morceaux qui ne sont pas au niveau. Cependant, on en garde un très bon souvenir car ce qui constitue fondamentalement l'esprit du groupe est toujours mis en valeur : un groove fou qu'on ne retrouve chez aucun autre groupe de Metal !