DECREPIT BIRTH
Plus d'infos sur DECREPIT BIRTH
Technical Death Metal

Axis Mundi
Anibal BERITH
Journaliste

DECREPIT BIRTH

«Ce quatrième album de Decrepit Birth est une tuerie et place le niveau très haut dans le domaine du Tech Death avec une qualité de jeu exceptionnel des américains.»

9 titres
Technical Death Metal
Durée: 41 mn
Sortie le 21/07/2017
246 vues
Sept ans d'absence pour le quartet américain originaire de Santa Cruz (Californie) depuis leur troisième album ''Polarity'', avec un line-up légèrement modifié puisque nous retrouvons aux côtés de Matt Sotelo (Guitare) et Bill Robinson (Chant), co-fondateurs du groupe en 2001, Sam Paulicelli à la batterie, remplaçant KC Howard et alternant les cessions live avec Lee Smith avant de rejoindre le groupe officiellement, et Sean Martinez à la basse.

C'est avec un titre ambitieux que Decrepit Birth revient sur le devant de la scène du Tech Death; ''Axis Mundi'' (le centre du monde ou connexion entre le ciel et la terre dans la mythologie et la religion) se diffuse en 9 actes (12 pour la version bonus) et s'offre à nous par un artwork représentant un adn quelque peu modifié évoluant dans un univers à la fois spatial et abyssal laissant une grande place à l'interprétation de chacun.

A la première écoute, ça scotche tellement c'est dense! Beaucoup d'informations arrivent au cerveau au fur et à mesure que les titres défilent, nous sommes captés dès les premiers riffs, comme happés par quelque chose d'intrigant qui nous pousse à aller jusqu'au bout et surtout à y revenir pour comprendre.

Les titres offrent une bonne durée avec une moyenne de 5 minutes, temps amplement suffisant au quartet pour délivrer toute leur technicité et leur énergie tout en sachant rester humble et ne pas trop en mettre plein la vue aux fans comme le dernier Origin par exemple.

C'est avec 'Vortex of Infinity – Axis Mundi' que les hostilités démarrent; deux titres en un qui se caractérisent par une intro de plus de deux minutes aux riffs bien gras et bien lourds aux légères influences Sci-Fi le tout accompagné de blast mid tempo. C'est puissant et enveloppé d'une mélodie légèrement dissonante voire dérangeante comme sait si bien le faire Morbid Angel. C'est avec sévérité que l'on débouche sur le titre éponyme qui sur un peu plus de deux minutes offre un panel très large des possibilités techniques et artistiques du combo. La précision du jeu est chirurgicale, le chant bien positionné même s'il reste assez linéaire tout au long du disque à de rares exceptions près ('Ascendant', 'The Sacred Geometry', 'Mirror of Humanity').

Puis c'est l'enchaînement de morceaux variés proposant de la mélodie comme lors de l'intro de 'Spirit Guide' tout en dissimulant une énergie musicale proche de celle du thrash par des riffs assassins laissant rapidement place au tech death des américains. Le jeu de basse est prodigieux, jeu que l'on retrouve continuellement et qui se fait à nouveau remarquer au cours de la huitième piste 'Epigenetic Triplicity'.

Le niveau du jeu des américains est impressionnant avec un plus pour celui du batteur qui évolue sans cesse à contre temps passant du mid tempo aux blast beats avec une facilité déconcertante, ponctué de breaks déroutants, le tout en parfaite harmonie avec les envolées mélodieuses des riffs distillés par Matt Sotelo et les soli dantesques régulièrement assainis tout au long de la galette ('The Sacred Geometry', 'Hieroglyphic', ' Epigenetic Triplicity').

Afin de nous permettre de nous reposer le cerveau, les californiens ont su intégrer des titres moins complexes et tout aussi excitants permettant ainsi de prendre une vague musicale plus légère avant de repartir au combat. On trouve ainsi le répétitif et direct 'Hieroglyphic' et son univers assez sombre et lourd suivi du linéaire 'Transcendental Paradox' tout aussi écrasant.

Le titre le plus varié ' Mirror of Humanity' permet une transition avec le dérangeant 'Ascendant' dont le rendu est proche de ce que à quoi nous a habitué Suffocation (Bill Robinson a assuré les cessions de chant live du groupe) qui laissera place au titre le plus technique de la galette 'Epigenetic Triplicity sur lequel chaque musicien exprime son art avec génie; la pièce maîtresse de l'oeuvre!

Une outro en douceur avec 'Embryogenesis' qui en démarrant puissamment par un sample au violon délivre une atmosphère musicale dense et entraînante sur un peu plus de deux minutes.

La version bonus que nous avons eu la chance d'avoir pour cette chronique se targue de trois titres supplémentaires et pas des moindres. 'Orion', le titre purement instrumental de Metallica sur ''And Justice For All'', 'Desprate Cry' de Sepultura sur ''Arise'' et 'Infecting The Crypts' de Suffocation sur ''Effigy Of The Forgotten''.

Comme vous l'aurez senti au travers de ces quelques lignes, ce quatrième album de Decrepit Birth est une tuerie et place le niveau très haut dans le domaine du Tech Death avec une qualité de jeu exceptionnel et des chansons variées et impactantes sachant marier avec brio mélodie et agressivité. De plus, la version bonus offre trois covers de qualité et parfaitement interprétées ce qui ne gâche rien. Alors rendez vous pour la sortie pour vous le procurer rapidement!

Anibal Berith

Tracklist
1. Vortex of Infinity – Axis Mundi
2. Spirit Guide
3. The Sacred Geometry
4. Hieroglyphic
5. Transcendental Paradox
6. Mirror of Humanity
7. Ascendant
8. Epigenetic Triplicity
9. Embryogenesis