FATES WARNING
Plus d'infos sur FATES WARNING
Power/Progressive Metal (early), Progressive Metal (later)
Chroniques

Awaken The Guardian Live
Denis LABBE
Journaliste

FATES WARNING

«Le témoignage incontournable d'un groupe qui a su marquer son époque, et qui prouve qu'il est toujours en pleine forme»

24 titres
Power/Progressive Metal (early), Progressive Metal (later)
Durée: 168 mn
Sortie le 27/04/2017
94 vues
Afin de fêter le trentième anniversaire de son album emblématique, Awaken The Guardian, Fates Warning avait décidé d'en jouer l'intégralité sur scène, comme c'est devenu la mode depuis quelque temps. Mais pour une telle oeuvre, ce n'est pas chose facile, puisque d'aucuns la considère comme l'une des pierres fondatrices du métal progressif. Enregistré lors de deux concerts, l'un en Allemagne et l'autre aux Etats-Unis, ce double CD, disponible également en DVD, Blue Ray et en vinyle, nous offre deux versions différentes du show, ce qui n'est pas très courant. Ainsi, le fan pourra se faire une idée plus précise de la manière dont le groupe a été capable d'interpréter chacun des morceaux.

La première chose qui saute aux oreilles, c'est le son des deux interprétations : un peu plus sombre pour la version allemande, avec davantage de dynamisme sur le concert américain. On pourrait également détailler les modifications d'un titre à l'autre, notamment en raison de longueurs variables, mais cela n'apporterait rien à la bonne compréhension de cette pièce maîtresse que représente, pour le groupe, la publication d'un tel album live. Car Awaken the Guardian live évoque pour Fates Warning à la fois le souvenir d'une époque révolue qui se rappelle à nous, ainsi que le témoignage d'un groupe au sommet de sa forme, ce qui, il faut l'avouer, n'est pas rien.

On retiendra au milieu de cet opus qu'il est nécessaire d'écouter d'une traite, l'incroyable pièce que représente « Epitaph » et ses douze minutes au compteur, ainsi que l'inquiétant « The Sorceress » et ses couplets délicats que s'approprie parfaitement Ray Adler. Pour les puristes, on peut noter que la rythmique est plus complexe et plus lourde que sur la version studio, et que les guitares sont accordées plus bas. Ces comparaisons entre les versions anciennes et modernes des titres nous montrent l'évolution d'un groupe qui possède certainement des musiciens plus techniques et aguerris à l'heure actuelle, ce qui s'entend sur « Valley Of The Dolls », un titre aux nombreux changements de rythmes ou l'excellent « Fata Morgana ».

Il serait fastidieux de se pencher sur chaque morceau, le mieux est d'apprécier ce témoignage incontournable d'un groupe qui a su marquer son époque, et qui prouve qu'il est toujours en pleine forme.