Annihilation (EP)
Enora
Journaliste

UNANIMATED

«« Annihilation », un EP d'une qualité rare qui donne un aperçu de l'ampleur et de la beauté des albums du groupe ; d'ailleurs, à quand un successeur à « In the Light of Darkness » ?»

4 titres
Melodic Death/Black Metal
Durée: 21 mn
Sortie le 10/08/2018
1316 vues

Unanimated n'est pas forcément l'un des noms qui revient le plus souvent lorsqu'on pense à la scène Black/Death suédoise et pourtant, la formation n'a pas à pâlir face aux plus grands noms du genre quand on voit la qualité d'« Annihilation », leur dernier EP, qui donne une idée de l'ampleur de leurs albums « In the Forest of the Dreaming Dead » (1993), « Ancient God of Evil » (1995) et « In the Light of Darkness » (2009). Les amateurs de groupes faisant de la mélodicité le coeur de leurs préoccupations ne seront pas déçus !

Les guitares vrombissantes et la batterie ultra-rapide qui ouvrent « Adverserial Fire » ont l'avantage de nous mettre dans l'ambiance en un quart de seconde, à peu près autant que le scream de Micke Broberg, au timbre caverneux mais qui ne se prive néanmoins pas de quelques beaux passages dans les aigus. Les amateurs de Black et de Death tomberont sans aucun doute d'accord sur une chanson comme celle-ci, qui laisse présager de bonnes choses pour la suite de ce petit EP de quatre titres puisqu'on retrouve l'atmosphère écrasante du Black, la rapidité du Death, une saturation parfaitement appréciable, une basse puissante et des hurlements gutturaux. On imagine sans peine les ravages qu'un tel morceau ferait en live ! On reprend à peu près les mêmes ingrédients et on continue en s'enfonçant un peu plus dans l'horreur et la folie avec « From A Throne Below » qui ne tarde pas à prendre, sous l'impulsion de la batterie d'Anders Schultz et de la basse de Richard Cabeza, la forme d'un morceau entêtant et démoniaque. Les guitares se libèrent de la lourdeur ambiante grâce à un passage solo bien pensé pour que le groupe ne nous entraîne ensuite que plus aisément dans les limbes.

Jojje Bohlin et Jonas Derouche, les guitaristes du groupe, ont visiblement décidé de ralentir le rythme en passant sur des guitares acoustiques pour la délicate introduction de « Of Fire And Obliteration » qui se déploie sous nos yeux à la manière d'une fresque dont les contours se dessineraient lentement. Des voix fantomatiques planent sur cette ligne musicale d'une grande douceur, renforçant le sentiment de majesté qui s'en dégage. Ce morceau fait finalement presque figure d'un essai, d'une ouverture vers un ailleurs que Unanimated explorera plus tard, et c'est bien pour ne donner qu'un aperçu évanescent de cet ailleurs que le groupe revient à pleine puissance avec « Annihilation », le morceau éponyme de cet EP. Les passages lents et lancinants de la chanson la place plus directement dans la lignée Black Metal de ce que le groupe peut nous proposer, avec des guitares hurlantes et une batterie lancée à toute allure. En presque six minutes, la chanson finit par nous amener loin de l'univers dont on était parti, après avoir emprunté des chemins de traverse tous plus intéressants et riches les uns que les autres.

« Annihilation » est un EP d'une qualité rare tant il incarne à merveille un échantillon de ce que Unanimated peut nous proposer tout en donnant incroyablement envie de se laisser porter par un album plus long qui permettrait au groupe de revenir dans la lumière après neuf ans de silence total.


UNANIMATED
Plus d'infos sur UNANIMATED
Melodic Death/Black Metal