INCUBUS
Plus d'infos sur INCUBUS
Grunge Rock

8
Denis LABBE
Journaliste

INCUBUS

«Incubus accouche d'un opus moderne, résolument post-rock, mais qui ne parvient pas égaler ses meilleures productions»

11 titres
Grunge Rock
Durée: 40 mn
Sortie le 21/04/2017
171 vues
Comme son nom l'indique, 8 est le huitième album des Américains d'Incubus, sept ans après If Not Now, When ?, pour le moins décevant. Autant l'annoncer, cet opus est meilleur que le précédent, sans atteindre non plus des sommets, sans doute la faute à un petit manque d'énergie sur certains morceaux comme « State of The Art », très mélodique, mais un peu trop prévisible au fur et à mesure de son écoute ou « Loniliest » qui est par trop lancinant. On peut d'ailleurs regretter que les différentes prises de risque du groupe ne soient pas toutes couronnées de succès, notamment avec cette incursion dans le rock indépendant sur « Familiar Face » au rythme faussement reggae par moments.

Mais cessons d'évoquer le négatif pour mettre en avant les titres vraiment réussis que sont l'excellent « Nimble Bastard » au refrain qui reste dans la tête et aux couplets tout en retenue, ainsi que « Glitterbomb » à la rythmique soutenue par une basse omniprésente. Mention spéciale au superbe « Surveilience » qui s'ouvre sur une introduction desert rock, pour développer ensuite un mélange de Soundgarden et Prince. Un morceau pesant, mais qui prouve tout le talent d'Incubus. Il en va de même avec « Throw Out The Map » qui clôt ce 8 avec élégance et originalité, en développant des ambiances multiples qui s'éloignent du nu-metal qui a lancé le groupe.

Au final, Incubus accouche d'un opus moderne, résolument post-rock, dont les diverses influences et prises de risque témoignent que ce groupe a décidé de s'éloigner de ses racines sur de nombreux morceaux, tout en conservant sa patte aisément reconnaissable : le réussi « No Fun » qui ouvre les hostilités. 8 est un album intéressant, mais qui ne parvient pas à égaler les meilleures productions du groupe.