Vandenberg's Moonkings
Yann VAUTRIN
Journaliste

VANDENBERG'S MOONKINGS

13 titres
Hard Rock
Durée: 51 mn
Sortie le 14/02/2014
2414 vues
Adrian Vandenberg ! Ce nom ne vous est sans doute pas inconnu. Il faut dire que le bonhomme a officié dans Whitesnake, avec qui il a enregistré le magistral « 1987 », le moins bien « Slip of the Tongue », le projet solo de Coverdale transformé « Restless Heart » ainsi que l'acoustique « Starkers in Tokyo ». Sans compter ses multiples projets tels que « Vandenberg », « Manic Eden » ou encore « Teaser ».

Carrière impressionnante donc. Après avoir passé une dizaine d'année à se consacrer à son autre passion, la peinture, Vandenberg revient cette année avec un tout nouveau projet baptisé « Moonkings ». Moonkings, c'est quoi ? C'est Adrian, entouré de 3 jeunes zicos encore inconnus au bataillon qui jouent un bon hard rock des années 70/80. Parlons en d'ailleurs, de ces zicos. Rencontrés lors « d'un concours de circonstances » selon Adrian, il s'agit de Jan Hoving au chant, Sem Christoffel à la basse et Mart Nijen Es à la batterie. Ils remplissent parfaitement leurs rôles, le duo basse batterie fonctionne parfaitement et la voix de Jan lorgne du côté de Coverdale et retranscrit parfaitement l'esprit des 70's. Il n'à rien à envier aux plus grands.

L'album démarre avec « Lust and Lies ». Intro à basse, le morceau démarre doucement pour ensuite nous faire comprendre, quand ça démarre, qu'on va en prendre gros les oreilles pendant près d'une heure. Alors oui, Whitesnake n'est pas loin, mais on sent un petit esprit plus Zeppelinien planant au dessus de tout ça.

Notre impression se confirme avec le deuxième morceau, « Close To You », transpirant les 70's. On se rend compte de ce que pourrait bien donner un groupe composé de Jimmy Page et Coverdale ! Et tout au long de l'album, durant les 11 titres restants, ça continue.

Quelques moments de douceur viennent nous faire souffler, avec les power ballades « Breathing » et « Out Of Reach ». Les guitares acoustique sont superbes. Cet album est un condensé de bons morceaux, avec « Good Things » et son refrain taillé pour le live, « Line Of Fire » et son côté atmosphérique ou encore le puissant « Leeches ».

En fait, Moonkings, c'est comme la charcuterie, tout est bon dans ce cochon là. Chaque titre trouve sa place sur l'album. Mention toute particulière au dernier morceau, « Sailing Ships », reprise du morceau de Whitesnake écrit par Coverdale et Vandenberg. Le titre s'en trouve modernisé et bonifié par rapport à l'original.

Aucun faux bond donc pour le nouveau projet de Adrian Vandenberg. Au final, il a bien fait d'abandonner la peinture. Non pas que c'était mauvais (Note de la rédaction : si, si !!!), c'est que des albums de cette trempe, on en redemande. Espérons que Moonkings ne fera pas la même fin que « Manic Eden » ou « Teaser », parce qu'un tel album avec une telle formation, ne peut pas se limiter à un seul essai.
VANDENBERG'S MOONKINGS
Plus d'infos sur VANDENBERG'S MOONKINGS
Hard Rock
Chroniques