BEGRIME EXEMIOUS
Plus d'infos sur BEGRIME EXEMIOUS
Black Metal

The Enslavement Conquest
Anibal BERITH
Journaliste

BEGRIME EXEMIOUS

10 titres
Black Metal
Durée: 48 mn
Sortie le 04/03/2016
633 vues
Ayant plus de 20 ans d'existence, les canadiens de BEGRIME EXEMIOUS officient dans un black metal old school teinté de légères touches Death Metal sur quelques plans musicaux et notamment sur ce dernier album auquel nous allons nous intéresser ici : 'The Enslavement Conquest'.
Fort de nombreux EP et Split, le quatuor nous offre ici son 3ème Full Length après 'Impending Funeral Of Man' en 2010 et 'Visions Of The Scourge' en 2012. Du mal à démarrer donc en version album pour au final 3 productions en tout juste 6 ans.

A la 1ère impression, il y a de la matière : 10 titres, près de 50 minutes, D.Orthner (guitare/chant), L.Norland (batterie), A.Rintoul (Basse) et F.Thibaudeau (Guitare/Chant) ont de quoi dire dans ce genre musical où les matériels dépassent rarement la grosse demi-heure.
Eh bien oui, il y de quoi écouter sans se lasser tellement la galette, clairement orientée Black Metal, est variée et explore quelques sous genres du Heavy Metal et leurs époques sans perdre sa ligne de conduite : black metal old school.
'Cradled In Our Hands' a la lourde tâche d'entamer les hostilités et son intro servira à juste titre d'intro de la galette. Point de piste destinée à cet effet et ainsi faire de la piste pour faire de la piste (oui, oui, petits coquins de métalleux, vous aimez bien faire, genre je vous envoie 10 titres dans la face mais en fait il n'y en que 8 avec un petit interlude en plein milieu manière d'en faire que 7....). C'est l'entrée, la mise en place des instruments sur mid tempo avec une texture volumineuse puis on rentre dans le vif du sujet par des riffs heavy voire punk avec un petit passage rappelant le très bon 'Maze Of Torment' de MORBID ANGEL avec ce même son vintage.
On retrouve cette touche punk plus orientée grindcore sur 'Overpowered' et 'Rat Amongst The Herd' avec une mélodie plus dissonante pour les 2 titres et des soli teintés thrash pour le 1er et plus heavy pour le second. 'Transcendence' qui s'intercale entre les deux explore les années thrash bien que les riffs soient plus sombres. Alternance du rythme tantôt mid tempo, tantôt blast beats.
Au fur et à mesure des titres, l'univers de BEGRIME EXEMIOUS se dessine vers quelque chose de plus sombre et old school avec par exemple 'Conscription Woes' et sa longue intro faisant presque penser à une partie instrumentale et au rythme général plutôt lent et torturé servant de passage au titre suivant 'Subconscious Nemesis' à l'intro suffocante accentuée par les grognements du chanteur principal. Effet double caisse créant cette atmosphère malsaine accompagnés des riffs cristallins typiquement true black metal. Ambiance clairement glauque.
Les piste 5 et 6 de part leur tempo plus lents ne préparent pas l'auditeur au tabassage de 'Noose For A Monarch'. Riffs gras, blast beats dévastateurs, double chant. Parfait pour encaisser le titre suivant tout aussi brutal. 'Impending Diabolical Conquest' impose une mélodie asynchrone et dérangeante sur fond de blast beats catchy dès la 1ère seconde. Morceau très varié oscillant entre le Black et le Death lorsqu'à mi-parcours les riffs se font plus tronçonnants, plus lourds et où chaque blast est assommant.
'Crusade Towards Self Devolution' rappelle l'époque NWOBHM incorporé de soli déroutant à la sauce heavy metal. Puis c'est le final avec 'When The Vultures Leave' et sa touche vintage déviant punk et naviguant toujours entre le Black et le Death. Tout l'univers Heavy Metal est visité ici sur plus de 6 minutes avec un finish heavy metal au tempo lent et aux riffs dissonants avec soli de plus d'une minute en guise d'outro.

BEGRIME EXEMIOUS est un groupe aux influences heavy metal certaines. 'The Enslavement Conquest' offre toute la panoplie du genre avec une dominance Black Metal affirmée. Ce mariage des genres rend leur musique accessible et offre une vision novatrice du genre tout en conservant la trame essentielle : sombre et sans concession.

Anibal Berith.